La nouvelle aérogare d’Alger a coûté plus de 80 milliards DA

Le projet d'extension de l'Aéroport international Houari Boumediene d'Alger, devant être livré au plus tard début 2019, a coûté plus de 80 milliards de DA, a indiqué, samedi à Alger, le ministre des Travaux publics et des transports, Abdelghani Zaalane. Dans une déclaration à la presse au terme d'une visite d'inspection aux différents ateliers du projet, notamment le bâtiment central, la ligne du métro, la tour du contrôle et la piste atterrissage, le ministre a indiqué que le taux de réalisation global est de 88%, tandis que le taux d'avancement des travaux au niveau du bâtiment central s'élevait à 99%. Le ministre a fait état, à ce propos, du lancement des opérations d'essai des systèmes à l'intérieur du bâtiment central, à l'image du système de surveillance et d'éclairage, les ascenseurs et les carrousels de récupération des bagages. Dans le même cadre, le ministre a affirmé que cette étape nécessite une coordination étroite entre les différentes entreprises nationales et étrangères concernées par la réalisation. Ces entreprises s'emploient à la réalisation d'une station de métro et d'une station de train, d'un hôtel quatre étoiles limitrophe, la réhabilitation de sa piste d'atterrissage et la construction d'une nouvelle tour de contrôle. La cadence de réalisation de la nouvelle aérogare est en avance d'un mois par rapport aux délais fixés, a fait savoir le ministre, relevant que l'Enterprise de gestion de l'aéroport d'Alger avait entamé la formation des agents et des techniciens chargés de la gestion de cette nouvelle structure. La réalisation d'un deuxième aéroport d'une capacité de plus de 10.000.000 de voyageurs/an en plus de l'actuel aéroport international (6 millions de voyageurs/an) a pour objectif accéder au marché du transit qui constitue actuellement un marché important en matière de transport aérien. La construction de cette nouvelle aérogare coïncide avec l'opération de renouvellement de la flotte d'Air Algérie. Pas moins de 25 nouveaux avions devraient être acquis entre 2019 et 2024, en application du programme du président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika. Le nouvel aéroport, qui s'étendra sur une superficie de 20 ha, sera équipé d'un parking véhicules de 4.500 places, de trois parkings pour avions, de voies de circulation d'une superficie de plus de 424.000 m2 outre 120 banques d'enregistrement et 84 guichets de contrôle. Cette nouvelle aérogare, dont les travaux de réalisation ont été confiés à la société chinoise CSCEC, assurera un trafic de 10 millions de passagers/an et gérera 1.800 bagages/heure. L'entreprise publique Cosider avait entamé, l'an dernier, des travaux d'extension du métro d'Alger reliant El Harrach à l'aéroport international sur une distance de 9,5 km avec 9 stations et 10 puits de ventilation. Ce projet devrait être réceptionné fin 2019 ou début 2020. Le réseau sera également doté d'une nouvelle ligne ferroviaire reliant l'aéroport à Bab Ezzouar sur un tronçon de 3 km (dont 1,4 km en tunnel) avec un coût de 9 milliards de DA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *