Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

La Justice se penche sur les rapports entre Sonatrach et McKinsey

Les services de police ont effectué, mardi matin, une descente à la Direction générale de la Sonatrach. Selon nos sources, les services de police ont agit sur instruction de la justice afin d’enquêter au niveau du département commercialisation de la Sonatrach et de la Direction qui gère le dossier SH 2030. Comme nous l’écrivions hier, des soupçons pèsent sur certaines transactions de commercialisation d’hydrocarbures ayant transité par la place financière suisse (vous pouvez lire l'article sur le lien suivant : Sonatrach : ces marchés douteux qui risquent d’emporter Ould Kaddour). Les enquêteurs ont demandé les dossiers de la direction SH 2030. Il faut dire que ce département était en charge de faire le suivi des dossiers avec les deux  cabinets de consulting américains McKinsey et Boston Consulting Group en ce qui concerne la formulation de la stratégie SH 2030. Il est probable que la Justice se penche sur la manière dont l’information a transité entre Sonatrach et McKinsey et quels types d’informations ont été transmis. Un contrat de consulting d'autant plus douteux que le montant contractuel de départ était de 5 millions d'euros, et qui a atteint 100 millions d'euros avec les avenants. selon la règlementation le montant d'un avenant ne doit pas dépasser 10 % du contrat initial. dans ce cas précis les avenant ont induit une hausse de 2000 % du montant du contrat. Notons que M. Ould Kaddour a déjà été jugé coupable pour intelligence avec l’étranger lorsqu’il était P-DG de BRC, joint-venture entre l’Algérie et une filiale de l’Américain Halliburton. Rappelons que c’est dans le cadre de la stratégie SH 2030 que Sonatrach a acquis la raffinerie italienne de l’américain Exxon Mobil. Selon certaines de nos sources, la direction de Sonatrach s’est contentée de l’avis du cabinet McKinsey pour la signature des contrats, sans prendre la peine de se pencher dessus sérieusement. Résultat, cette raffinerie risque de coûter très cher à la Sonatrach qui n’a pas pris la mesure des engagements inscrits dans le contrat d’acquisition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *