Justice : Ouverture prochaine des procès d’Ali Haddad et d’Abdelghani Hamel

Rebelote pour Ali Haddad, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal qui se retrouvront dans les prochains jours une nouvelle fois au banc des accusés. La Justice entend accélérer le traitement des dossiers relatifs à la corruption et au blanchiment d’argent. Selon l’ENTV les procès de l’homme d’affaires Ali Haddad et de l’ex-DGSN Abdelghani Hamel devraient être ouverts au cours des prochains jours.  Selon la télévision nationale, les procès en question impliqueront d’anciens hauts responsables de l’Etat ainsi que des membres de leurs familles. Le procès d’Ali Haddad est très attendu. L’homme d’affaires, proche du frère et conseiller du président déchu, Said Bouteflika, devrait comparaître aux côtés des deux anciens Premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal,  tous deux condamnés aujourd’hui à des peines de 15 et 12 années de prison, dans le cadre du dossier relatif aux unités de montage automobile, ainsi que plusieurs autres ministres. Ces derniers sont poursuivis pour octroi de crédits bancaires sans garanties, détournement de fonds bancaires, blanchiment d’argent et octroi d’avantages indus dans le cadre des marchés publics et des grands projets. Pour sa part, l’ex-Directeur général de la Sûreté nationale est poursuivi pour enrichissement illicite, blanchiment d’argent, abus de fonction et trafic d’influence, précise l’ENTV. Rappelons que le procès relatif aux avantages indus accordés aux hommes d’affaires propriétaires des unités de montage automobile et au financement occulte de la campagne de Bouteflika a été clos aujourd’hui. Un procès qui a impliqué les deux ex-Premiers ministres, d’anciens ministres et hauts fonctionnaires. Il a levé le voile sur une part infime du préjudice causé au Trésor public induit par la corruption et le népotisme qui ont marqué le règne du président déchu Abdelaziz Bouteflika. Si l’ampleur des détournements révélés ont choqué bon nombre de nos concitoyens, l’ouverture prochaine du procès d’Ali Haddad risque de les abasourdir. Le dossier en question implique l’accaparement de fortunes colossales, au détriment du contribuable. Ali Haddad est en fait l’arbre qui cache la forêt d'hommes d'affaires indélicats qui ont profité des largesses du système Bouteflika. Plusieurs dossiers attendent d'être d’être traités par la Justice à l’image de celui relatif aux activités des frères Kouninef, d'autres proches du clan Bouteflika, qui ont eux aussi bénéficié de crédits bancaires et de marchés publics pour des montants astronomiques, sans oublier les dossiers Sovac et Tahkout, ainsi que le dossier du financement illicite des partis et de la campagne électorale d’Abdelaziz Bouteflika qui n’a pas encore révélé tous ses secrets.    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *