Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Issad Rebrab, d’oligarque à « victime du système » !

L’arrestation du patron de Cevital  Issad  Rebrab suscite une vive polémique. Les réseaux sociaux sont  envahis par les avides de justice et les adeptes de Rebrab. Si pour beaucoup d’Algériens cette arrestation n’est que la suite logique de l’opération mani pullit, pour d’autres que la proximité régionale ou partisane rapproche il s’agit d’une injustice commise contre l’homme d’affaires car d’origine kabyle. L’on s’interroge sur le sort que ces mêmes derniers avaient réservé à Ali Haddad, lorsqu’il fut arrêté et pourtant, le patron de l’ETRHB est lui aussi kabyle. Cette idée de victimisation aux relents plutôt partisans et sectaires tente de susciter la division au sein des algériens qui avaient démontré lors du hirak leur attachement à la patrie sans aucune distinction. Qui veut donc alimenter  la et poser le problème de la Kabylie ? Quel est l’objectif de ces manipulateurs ? Issad Rebrab tout comme les Kouninef et Ali Haddad sont loin d’être des enfants de chœur. Pire encore, ce sont de redoutables hommes d’affaires aguerris et introduits dans le système de Bouteflika et bien avant même. Rebrab a bien profité sous le règne des Bouteflika de nombreux avantages, d'exonérations fiscales et de crédits bancaires. C'est même le seul opérateur économique privé à avoir obtenu une autorisation de la Banque d'Algérie pour le transferts de 160 millions d'euros pour des investissements à l'étranger.  Et puis tout comme Haddad, Bouchouareb, ou encore Benhamadi, Rebrab a bel été bien cité dans le cadre des Panama papers lesquels ont levé le voile sur les comptes offshore de certains responsables et hommes d'affaires algériens. La logique de victimisation d'Issad Rebrab n'a, dans ce registre, aucun sens. Ils ont leurs entrées, leurs relations et leurs protecteurs. Si Issad Rebrab est tombé, c’est pour deux raisons : ses petits arrangements avec la loi et sa proximité notoire avec le général Toufik.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *