Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Irak : le référendum sur l’indépendance du Kurdistan divise

La majorité des habitants de la riche province de Kirkouk est favorable à une participation au référendum sur l'irakien. Mais ses régions limitrophes sont, elles, prêtes à monter au front contre cette consultation. Dans la "Jérusalem du Kurdistan" --comme l'a surnommée l'ancien président Jalal Talabani en raison de son caractère multi-communautaire--, il est impossible de tomber sur une affiche électorale appelant à voter le 25 septembre. La multitude de drapeaux kurdes rouge, blanc et vert témoigne néanmoins du fait que cette communauté y est majoritaire, face aux Arabes et aux Turkmènes. "Toutes les affirmations sur la situation tendue à Kirkouk sont des mensonges de la part de personnes souhaitant que cela se produise", affirme à l'AFP le gouverneur kurde de la province, Najm Eddine Karim. Avenant et souriant, ce neurologue kurde de 71 ans, qui possède la nationalité américaine pour y avoir exercé de nombreuses années, est l'homme par qui le scandale est arrivé. C'est lui qui a poussé à l'inclusion de sa province dans le référendum initié par le président kurde Massoud Barzani, provoquant la colère de Bagdad, qui a dénoncé une mesure illégale et anticonstitutionnelle et l'a récemment limogé. Car Kirkouk ne figure pas dans les trois provinces qui composent, depuis 2003, la région autonome du Kurdistan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *