Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Hassi Messaoud : près de 800 millions de dinars pour booster l’agriculture

  La capitale algérienne de l’or noir, ambitionne de se convertir à l’or vert. Plus connue pour ses gisements géants de pétrole, Hassi Messaoud devrait bénéficier d’un programme dédié à la promotion de l’agriculture saharienne.  L’agence de presse publique APS, qui cite des sources de la wilaya de Ouargla évoque ainsi un plan d’électrification des périmètres agricoles de Hassi Messaoud d’un montant de 787 millions de dinars mobilisés au titre du budget de la commune. Il s’agit plus précisément de la réalisation d’un réseau de 354 km de lignes pour l’alimentation en énergie électrique des périmètres agricoles dans les zones de Feidjet-El-Baguel, Gassi-Touil et Belhirane, et dont certaine tranche ont été livrée. Selon l’APS qui cite le wali de Ouargla, plusieurs exploitations agricoles dont la surface varie entre 250 et 1.000 hectares ont été créées à Hassi Messaouad, grâce aux efforts déployés par l’Etat. Le soutien multiforme accordé par l’Etat pour le développement de l’agriculture, entre crédits, semences, intrants agricoles, matériels agricoles et équipements d’irrigation, a contribué largement à la réalisation de résultats "encourageants" au niveau de ces exploitations versées dans divers créneaux agricoles, notamment la céréaliculture (blés dur, blé tendre et orge) et les cultures maraîchères, précise-t-il , citant parmi les exploitations les plus performantes  celles de Ouled Ali Semmaâ d’une superficie de 389 ha, dont 250 ha irrigués, située dans la zone de Gassi-Touil. Cette exploitation s’est employée au développement d’activités agricoles diverses, végétales et animales, dont l’emblavement, la saison écoulée, de 70 ha en blé dur, 40 ha en orge, la plantation de 5 ha en oliviers, en sus d’un élevage de 250 ovins et 30 caprins. La zone agricole de Belhirane a vu, de son coté, l’émergence d’une exploitation privée de 500 hectares, spécialisée dans l’arboriculture fruitière. L’opérateur agricole qui l’exploite entend se lancer prochainement dans la céréaliculture irriguée sous-pivots, sur une surface de 30 hectares, et envisage aussi, en plus de tenter l’expérience de culture de plantes médicinales, créer le premier laboratoire d’Algérie versé dans le clonage végétal de plants de palmiers, soit la production de 500.000 unités/ an.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *