GROUPE DE SOCIETES HASNAOUI : L’INNOVATION COMME MOTEUR DE LA CROISSANCE

Samira Ghrib   Quand le bâtiment va, tout va ! Les activités liées au bâtiment et aux travaux, ont été de tout temps le baromètre de la santé économique d’un pays. En Algérie, c’est l’ensemble du secteur du BTPH qui a été mise sous la perfusion de la dépense publique. Maintenant que les cours du brut plongent et que les financements viennent à manquer, le gouvernement revoit à la baisse ses programmes d’investissement publics. Les entreprises du BTPH risquent d’en pâtir fortement. Pourtant, pour le P-DG du Groupe de Sociétés Hasnaoui, M. Brahim Hasnaoui, il faut voir dans la crise actuelle une aubaine. « C’est une chance pour développer des solutions et des alternatives », a-t-il récemment déclaré lors d’une conférence de presse qu’il a animé en prévision du salon Batimatec. M. Hasnaoui estime que l’aisance financière et l’importance des programmes publics ont plutôt anesthésié l’innovation. La crise est donc pour lui l’opportunité de normaliser le marché et de trouver des solutions nouvelles à même d’améliorer le logement et son accès. Il considère dans ce sens que la problématique du logement peut être réglée, dès que l’on décidera d’arrêter d’injecter des subventions dans le secteur et qu’on articulera les efforts autour de la promotion immobilière. Et d’ajouter que pour garantir l’accès au logement à tous, il suffit juste de jouer sur les délais de remboursement du crédit et l’étaler sur 50 ans. M. Hasnaoui pense également que les responsables du secteur devraient arrêter de « penser qu’Alger, c’est l’Algérie », et de prendre des décisions adaptées pour prendre en charge les seuls problèmes d’Alger. Le P-DG de GSH plaide aussi pour un retrait de l’État de la sphère de réaliser. « Le ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme n’a pas pour mission de réguler le marché et de garantir une concurrence loyale et transparente, ainsi qu’un cadre de vie agréable pour l’ensemble de nos concitoyens », a-t-il expliqué avant de préciser que les politiques du logement doivent s’articuler autour de l’acquéreur qui devra en devenir le principal acteur. Pour se faire, M. Hasnaoui exhorte les pouvoirs publics à libérer les initiatives seul moteur de l’innovation. A ce propos, Brahim Hasnaoui rappelle que son groupe a été le premier à innover en matière de logement et à proposer la formule LSP, en 1990. Une formule qui a permis l’accès au logement à de nombreux algériens, au moment où le pays vivait une crise financière sans précédent et aux acquéreurs de participer au financement du logement. Rappelons que le Groupe de Sociétés Hasnaoui a été créé en 1974. GSH s’est, depuis, imposé comme un des leaders du bâtiment et des travaux publics. Le groupe qui emploie plus de 3000 salariés, compte aujourd’hui 20 filiales, dont 12 ont noué des partenariats des entreprises européennes. Les filiales du groupe exercent dans diverses branches d’activité, articulée notamment autour de la construction, l’agriculture et les services. GSH dispose de 60 hectares d’installations industrielles. Celui-ci a construit plus de 40 000 logements individuels et collectifs et a livré 250 infrastructures publiques. S.G.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *