Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Grande-Bretagne: Johnson renonce à bloquer la loi sur le report du Brexit

Le gouvernement de Boris Johnson a renoncé à essayer d’empêcher l’adoption définitive d’une proposition de loi qui le contraint à demander un nouveau report de trois mois du Brexit s’il ne parvient pas à un accord avec l’Union européenne d’ici à la mi-octobre. Le texte voté mercredi par la Chambre des communes va être transmis à la chambre des Lords, où certains élus conservateurs pro-Brexit envisageaient de déposer une série d’amendements pour ralentir son examen et empêcher son adoption avant la suspension des activités du Parlement pour cinq semaines lundi prochain. Mais le gouvernement, qui ne dispose plus de la majorité aux Communes, a annoncé tôt jeudi matin qu’il renonçait à s’opposer à l’adoption de la loi, ouvrant la porte à un report du Brexit jusqu’au 31 janvier 2020. Selon Richard Newby, un Lord issu du Parti libéral démocrate (opposition) qui s’apprêtait à passer ses nuits à Westminster pour permettre l’adoption du texte, le gouvernement a compris qu’il était inutile de s’entêter après ses lourdes défaites lors des votes de mercredi. “Ceux de l’autre camp ont réalisé que leur attitude était encore plus stupide que d’habitude, qu’ils avaient l’air bêtes et qu’il nous fallait trouver un moyen d’avancer”, a-t-il déclaré à la BBC Radio. Boris Johnson, qui promettait encore mercredi de sortir de l’UE le 31 octobre “quoi qu’il arrive”, espère désormais qu’une fois la loi adoptée, les députés se montreront disposés à voter en faveur de sa motion proposant la tenue d’élections anticipées, qu’ils ont nettement rejetée mercredi. Plus de trois ans après le référendum de 2016 en faveur du Brexit, l’ancien chef de la diplomatie table sur la lassitude et la frustration des électeurs envers les parlementaires et envers Bruxelles pour obtenir une majorité susceptible de soutenir sa stratégie de sortie de l’UE.Reuters

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *