Gouvernement : des mesures pour surveiller et préserver les entreprises des hommes d’affaires emprisonnés

Un conseil interministériel s’est tenu aujourd’hui dans l’objectif d’étudier les voies et moyens de préserver les entreprises des hommes d’affaires poursuivis en justice et incarcérés à la prison d’El Harrach. Selon un communiqué du Premier-ministère, Noureddine Bedoui a présidé aujourd’hui un conseil interministériel comptant le ministre des Finances, celui de la Justice, ainsi que les départements de l'Industrie, du Commerce, des Travaux publics et des Ressources en eaux et élargi à l’Association des banques et des établissements financiers (ABEF). La réunion a été  consacrée à la création d’un organe gouvernemental chargé de surveiller les activités économiques et de préserver les outils de production et les emplois. Il s’agissait précise-t-on de même source de définir « les mécanismes juridiques destinés à préserver certaines entreprises économiques confrontées à des difficultés à la suite des mesures conservatoires» autrement dit l’emprisonnement d’hommes d’affaires soupçonnés de trafic d’influence de corruption et de détournement de biens publics. Le gouvernement a ainsi garanti qu’il « remplirait tous ses engagements envers les entreprises de mérite qu’elles soient nationales ou étrangères ». Le Premier-ministre a aussi demandé au ministre des Finances de poursuivre le financement des projets en cours de construction. Il a été également décidé de créer officiellement un organe gouvernemental multisectoriel de suivi des activités économiques et de préservation des outils de production, sous la présidence du ministre des Finances. La tâche de cet organe est d'accélérer le recensement de toutes les activités et projets économiques susceptibles d'être perturbées par les « mesures conservatoires » soit les poursuites judiciaires à l’encontre des hommes d’affaires, afin de leur consacrer des solutions juridiques, et de préserver leur rôle économique et social, notamment en matière d'emploi. Il s’agit aussi de demander à l’organe gouvernemental d'examiner le statut de chaque établissement de production et de suggérer des mesures pratiques et juridiques pertinentes. Les décisions nécessaires seront prises lors des réunions du gouvernement. Enfin le gouvernement compte mettre en place un plan de communication visant à expliquer les missions de cet organe,  dont l’objectif principal est de ne pas entraver les activités économiques nationales et de renforcer la confiance de toutes les parties prenantes. Il s’agit aussi de l’adoption d’un mécanisme d’évaluation périodique des activités de l’organe gouvernemental chargé de surveiller les activités économiques et de préserver les outils de production.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *