Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Google trébuche sur le droit à l’oubli numérique

Un tribunal japonais a ordonné à Google d’effacer des données de son moteur de recherche sur le passé judiciaire d’un homme, invoquant le droit à l’oubli numérique. Le président de la juridiction nippone a estimé que, selon la nature de leurs méfaits passés, les délinquants pouvaient avoir «droit à l’oubli au bout d’un certain temps». Auparavant, un arrêt de la Cour de justice européenne de Luxembourg datant de mai 2014 consacre le «droit à l’oubli» numérique, à un particulier et de faire disparaître des informations personnelles indexées par un moteur de recherche. Google qui a reçu à la date du 11 février quelque 386.038 demandes de «droit à l’oubli», ne compte pas céder une nouvelle fois aux pressions d’une cour de  justice et a décidé de faire appel. L’entreprise affirme avoir donné suite à quelque 42% de la demande totale. Google s’est engagé de déréférencer les résultats des recherches faites sur tous ses sites si la connexion à ces derniers se fait à partir d’un pays européen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *