Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Golfe7 et Otavia made in Algeria

Le géant allemand de l’automobile Volkswagen et son représentant exclusif en Algérie, le groupe Sovac ont officialisé aujourd’hui leur partenariat industriel, en signant un protocole d’accord portant sur la création d’une usine d’assemblage et de montage automobile en Algérie. Une usine qui devrait entrer en production dès juin 2017 et qui permettrait de mettre sur le marché des véhicules haut de gamme de fabrication algérienne. L’usine  fabriquera des Golfe 7, des Seat Ibiza, des Skoda Octavia et des Volkswagen Caddy. L’usine qui coûtera la bagatelle de 170 millions d’euros et qui sera implantée dans la zone industrielle de Sidi Khettab à Relizane devrait produire 12.000 véhicules, durant sa première année d’exploitation, pour atteindre une capacité de 100.000 unités/an, au bout de cinq, avec un objectif de 40% de taux d’intégration. Pour son implantation, le constructeur allemand frappe fort et n’offre pas à l’Algérie une unité de seconde zone dédiée à la fabrication de modèles entrée de gamme destinés à la consommation locale.   La première implantation de Volkswagen en Afrique Le ministre de l’Industrie et des Mines l’a, d’ailleurs, reconnu. Avec cette usine, l’Algérie bénéficie « de la première implantation de Volkswagen en Afrique ».  Une sorte d’aboutissement du partenariat algéro-allemand dans l’industrie automobile. M. Abdesselam Bouchouareb a dépeint l’engagement des groupes allemands dans l’industrie mécanique algérienne et ce dès la création de « la plate-forme-mécanique algérienne qui a été construite dès les années soixante-dix avec l’expertise, la technologie et la participation allemandes ». Le ministre estime aussi que l’industrie mécanique est aujourd’hui élevée au rang de « priorité ». De même qu’il fera le récapitulatif des incitations fiscales et franchises de TVA et des droits de douanes sur les composants et matières premières importées ou acquis localement, et votées dans le cadre de la loi de finances 2017. L’objectif assigné est d’atteindre une capacité de production de 500.000 véhicules/an à l’horizon 2019, grâce aux différentes unités qui ont vu, ou qui verront le jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *