G20 Commerce: consensus sur la nécessité de réforme de l’OMC

Les ministres du Commerce des pays du G20 réunis en Argentine ont unanimement reconnu vendredi la nécessité d'une réforme de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC) afin de mieux gérer les conflits, alors qu'une guerre commerciale menace l'économie. C'est la première fois que les États-Unis conviennent de l'urgence d'une modernisation de l'OMC dans une institution multilatérale, souligne le secrétaire d’État français aux Affaires étrangères, Jean-Baptiste Lemoyne, qui représentait la France lors de la réunion ministérielle qui s'est tenue à Mar del Plata, station balnéaire sur l'Atlantique. "Nous avons renforcé notre dialogue et reconnu le besoin urgent d'aborder les événements actuels du commerce international et les moyens pour améliorer l'OMC, dans l'objectif de faire face aux défis actuels et futurs", dit la déclaration finale du G20 Commerce. "Ce qui est intéressant, c'est ce qu'on a réussi à adopter une déclaration ministérielle, ce qui n'avait pas été possible lors du G20 en décembre", note M. Lemoyne. "L'enjeu est désormais d'arriver à élaborer des règles. Puis que des mécanismes de surveillance assurent le respect des règles et que l'organe d'arbitrage de l'OMC rende des jugements plus rapidement. Il faut plus d'OMC, mieux d'OMC", a déclaré à l'AFP le ministre français. Les subventions chinoises dans plusieurs domaines d'activité restent un des points de friction. La réponse des Etats-Unis en établissant des droits de douanes élevés a déclenché une guerre commerciale qui menace l'économie mondiale. La semaine prochaine à Paris, la question des barrières douanières sera abordée lors du Forum sur l'acier. "En 2018, relève le ministre français, il y a eu 30 dépôts de plaintes entre membres de l'OMC, le chiffre le plus élevé depuis 16 ans, cela illustre le niveau de tensions". "Le monde n'a jamais été aussi interdépendant qu'aujourd'hui, la coopération internationale n'a jamais été aussi nécessaire", a dit pour sa part vendredi le ministre argentin des Affaires étrangères, Jorge Faurie, qui présidait les débats, car l'Argentine accueille cette année le G20. Le G20 des chefs d’État aura lieu les 30 novembre et 1er décembre à Buenos Aires. AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *