FIN DE MANDAT DE BOUTEFLIKA ET CONSÉQUENCES

  Par Nour-Eddine Boukrouh  
  L’élection présidentielle qui devait se dérouler le 18 avril 2019 a été annulée en toute illégalité par un candidat qui se trouve être le président de la République en exercice pour quelques semaines encore et qui, au dernier moment, s’est érigé en juge et partie, sans fairplay ni panache. Il n’avait pas le droit de le faire. En sortant de la légalité, il place le pays dans l’illégalité à compter du 18 avril, et non du 28 comme le pensent à tort ceux qui mettent en avant cette date. Si l’élection présidentielle avait pu se dérouler à la date prévue, on aurait connu le nom du gagnant dans la soirée du 18 avril ou,tout au plus,le lendemain comme le veut une tradition bien établie. Mais il aurait fallu quand même patienter une dizaine de jours de plus avant la proclamation officielle et définitive des résultats de l’élection par le Conseil constitutionnel. C’est sur cette base que tout le monde a pensé que le mandat de Bouteflika viendra à expiration le 28 avril. Une base hypothétique, subjective, non fondée sur le droit. Il s’agit d’un a priori qui ignore le régime électoral algérien, d’une thèse spéculative influencée par l’usage qui a ancré dans les esprits le préjugé quel’élection présidentielle algérienne se joue en un seul tour et en un seul jour. C’est de cette manière qu’une arithmétique simplistes’est faite d’elle-même : 18+10=28. Or l’élection présidentielle algérienne se déroule au scrutin uninominal à deux tours et à la majorité absolue des suffrages exprimés (article 137 de la loi organique n° 16-10 du 25 août 2016 relative au Régime électoral). Ce qui veut dire que si le candidat arrivé en tête n’a pas réuni sur son nom et au premier tour la majorité absolue des voix exprimées (50%+1), un second tour est automatiquement programmé (article 138). Une des raisons qui ont poussé Bouteflika à annuler cette élection réside dans sa crainte – ou celle de l’entourage qui intervient en son nom –de ne pas gagner l’élection au premier tour, comme d’habitude,au vu de son rejet unanime par le peuple algérien dont témoigne la planète. Un deuxième tour se serait imposé pour départager les deux premiers arrivés parmi lesquels il n’aurait pas figuré pour la raison évoquée. Ce qui aurait représenté pour lui une humiliation suprême, pour le peuple une victoire citoyenne, et pour le pays la fin de la crise. Mais même dans ce cas son mandat ne se serait pas terminé le 28, car le déroulement du second tour lui aurait fait obligation de demeurer à son poste jusqu’à la proclamation des résultats du second tour qui aurait eu lieu dans un délai allant de 15 à 30 jours après la proclamation des résultats du premier tour par le conseil constitutionnel (article 146). 15 jours nous amènent au 13 mai, 30 jours au 28 mai. Auxquels il faudrait ajouter 10 autres qu’impose l’article 148: « Le Conseil constitutionnel proclame les résultats définitifs de l’élection présidentielle, au plus tard, dans les dix (10) jours qui suivent la date de réception des procès-verbaux des commissions électorales prévues aux articles 154 et 163 de la présente loi organique ». Sans oublier que l’article 89 de la constitution énonce que « Le Président de la République prête serment devant le peuple et en présence de toutes les hautes instances de la Nation dans la semaine qui suit son élection. Il entre en fonction aussitôt après sa prestation de serment ». Ce qui nous aurait conduits à passer le Ramadhan et peut-être même l’Aïd avec lui. L’élection ayant été annulée, cette acrobatie arithmétique n’a apparemment plus de sens puisqu’elle ne change rien au problème et à la crise qu’il induit. En fait, si : dans la mesure où si Bouteflika part de son plein gré avant le 18 à minuit en démissionnant, ou contre son gré en application de l’article 102, il restera au pays la possibilité de résoudre la crise par des voies légales en appliquant les dispositions liées à la démission ou à l’état d’empêchement. S’il ne le fait pas, si on ne l’empêche pas, on sortira forcément de la légalité pour rentrer dans l’inconnu, et ce quelle que soit la formule de transition qui sera retenue. Le temps presse, mais lui n’en a cure comme le démontre la nouvelle lettre qu’il a adressée ce soir au peuple algérien. Il s’arcboute à son fauteuil, feignant d’ignorer que le pays bout de rage contre lui. Il y réitère son intention de rester au pouvoir illégalement, en comptant sur l’« art diplomatique » de 2 bonhommes dont il attend la complaisance de l’étranger qui suppléerait, espère-t-il, à sa perte de légitimité intérieure.Il est la risée du monde mais, comme Harpagon, il ne veut pas lâcher sa cassette dans laquelle il y a notre destin. Les 15 millions d’Algériens qui sont sortis manifester vendredi dernier et sortiront encore pour lui signifier son renvoi à compter du 18 avril 2019 ne comptent pas à ses yeux. Ayant accédé au pouvoir sans eux, en 1962 comme en 1999, il pense pouvoir le garder contre eux. Mais il se trompe. Un nouveau peuple est né. Étant maintenant rassuré sur l’attitude de l’armée, ce peuple le boutera dehors par des voies et avec des moyens pacifiques, liant à jamais son nom au souvenir du dernier despote connu par l’Algérie.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *