En essayant de filmer Nacer Bouteflika, des jeunes filles se font malmener

Il n'y a qu'en Algérie où l'on n'a pas le droit de prendre en photo une personnalité publique. Nacer Bouteflika, le frère du Président et Secrétaire général du ministère de la formation professionnelle redouble, ces jours ci, de sorties-resto. Ces rencontres fortuites ne laissent pas indifférents les citoyens dont certains, armés de leur téléphone portable, s'amusent à éterniser le personnage entrant ou sortant d'un restaurant. Ces "intrusions" semblent déplaire au frère du Président qui s'adonne à la chasse aux apprentis photographes. Pour cela sa garde rapprochée s'en charge et parfois sans ménager le malheureux curieux confisque tout appareil photo. Selon le témoignage de leur ami, deux jeunes femmes qui ont eu le fâcheux réflexe de mitrailler le ministre se sont vues confisquer leur joujou. Elles tentaient de prendre en photo Nacer Bouteflika qui sortait de sa fringale. Il y a quelques jours à peine, un jeune algérien "osant" prendre en photo le même Nacer s'est vu, lui aussi, passer un sale quart d'heure. Crime de lèse-majesté ou abus de pouvoir, la notion de liberté et du bien personnel ( dans notre cas le téléphone portable)demeure une vague idée chez certains.
 
Voici le texte du témoignage publié sur Facebook "Témoignage d'un copain, now «Blade l'Hagra 2 jeunes filles viennent de se faire embraquer car elles ont pris des photos de Nacer Bouteflika à côté du restaurant le patio et une troisième en blanc a été relâchée sur place et son téléphone a été confisqué par des gens qui ne voulaient même pas me présenter leur cartes professionnelles» Il ajoute «Je me suis presque fait taper» FYI Le patio est la propriété de elwafi ould abbes, fils de djamel ould abbes, juste en face du conseil constitutionnel"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *