Deux ministres en France  pour courtiser la diaspora

  Les ministres de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville, Abdelwahid Temmar, et celui du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, Mourad Zemali, effectuent à partir de ce vendredi une visite en France afin d'expliquer les dispositifs arrêtés dans le cadre des mesures décidées par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, en faveur de la communauté algérienne établie à l'étranger. Les membres de la communauté nationale peuvent bénéficier désormais, et au même titre que leurs compatriotes résidant en Algérie, des avantages pour  le logement et la création d'entreprises. Quatre rencontres avec des membres de la communauté algérienne sont au programme du déplacement des deux ministres, concernés directement par ces mesures. Vendredi, une rencontre est prévue à Paris au siège de l'ambassade d'Algérie en France et samedi les deux ministres iront rencontrer, à Lille, des membres de la communauté de la région du nord de la France. Dimanche, ils se déplaceront à Lyon et termineront leur mission lundi à Marseille. En annonçant ces mesures, le 7 décembre dernier à Paris devant des membres de la communauté algérienne, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, avait souligné que ce que fait l'Etat algérien en leur direction est «un devoir qu'il entend améliorer chaque fois que possible». C'est ainsi qu'il a précisé que les jeunes de la communauté algérienne en  France qui souhaitent s'installer en Algérie pourront bénéficier des  dispositifs d'aide à la création de micro-entreprises. Ces dispositifs,  a-t-il expliqué, accompagnent les jeunes de 18 à 35 ans dans plusieurs activités, depuis l'agriculture ou la production de biens et de services, jusqu'à l'ouverture de cabinets de médecins ou de bureaux d'architectes. Le Premier ministre a indiqué que les compatriotes de la communauté qui souhaitent investir en Algérie «pourront bénéficier de tous les régimes d'avantages ouverts aux investisseurs nationaux résidents». L'autre mesure importante, qui était très attendue, concerne l'acquisition de logement en Algérie par les membres de la communauté qui, désormais, pourront accéder aux différents dispositifs de promotion immobilière, y compris ceux qui relèvent des pouvoirs publics. Cependant, du côté de nombreux membres de la communauté algérienne, beaucoup de questions restent sans réponses, notamment les procédures de paiement pour le logement, d'autant que la filiale de la Banque extérieure d'Algérie (BEA) en France n'a pas été encore ouverte, et l'élargissement de la liste des wilayas concernées par cette opération. Dans la première phase, 24 wilayas ont été retenues comme sites pour les logements destinés aux membres de la communauté algérienne vivant à l'étranger. Les autres préoccupations concernent les chefs d'entreprise établis en France qui souhaitent investir en Algérie ou créer des micro-entreprises en bénéficiant des différents dispositifs (ANSEJ, ANEM et ANDI). Pour eux, le problème n'est plus au niveau administratif, mais ils voudraient savoir comment vont-ils faire pour concrétiser leurs apports financiers, sous quelle forme et avec quelle procédure. Dans tous les cas, les deux ministres seront à leur disposition, durant quatre jours, pour répondre à leurs préoccupations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *