Des présidentielles sans le FLN !

Le FLN décide de ne présenter aucun candidat à la magistrature suprême. Le S.G par intérim, Ali Seddiki, l’avait affirmé, hier dimanche, à partir de Ouargla, « le FLN ne peut présenter son propre candidat à la présidentielle car il n’a pas les moyens de triompher dans les conditions politiques actuelles et la situation interne du parti ». A cette épreuve que les responsables du parti ne cachent plus, s’ajoute les revendications incessantes du hirak qui demande depuis le 22 février 2019, « la mise au musée » du FLN accusé de tous les maux que vit le pays. Ce lourd réquisitoire contre cette formation-machine à faire des chefs d’État aurait fait perdre son pied à ce « parti-État », longtemps appareil du pouvoir. C’est là une première en Algérie où depuis l’indépendance le Front de libération national by- passe un tel rendez-vous électoral laissant passer ainsi l’occasion de se maintenir au pouvoir suprême. Cette décision trouve son origine dans la crise que vit l’ex parti unique. Elle laisse ouvert le champ aux autres candidats issus du vieux parti mais libère surtout la base du parti. Cette dernière estimée à plus d’un millions d’électeurs, et sans consigne de vote, est appelée à choisir son candidat.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *