Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Demandes de visas USA : le paiement se fera à l’avance

L'ambassade des États-Unis annonce des changements dans la procédure d’attribution des visas. Désormais le paiement des frais de dossier se fera avant toute prise de rendez-vous. Pour ce faire les services de l’ambassade ont décidé de sous-traiter avec Aramex, entreprise émiratie de logistique, de courrier express et de gestion des dossiers disposant d’une filiale en Algérie.  La nouvelle procédure entrée en vigueur dimanche oblige ainsi les demandeurs de visas, et après avoir rempli les formulaires en ligne, de se rendre dans les bureaux d’Aramex, situé à Al Achour à Alger ou à Hassi Messaoud et prochainement à Oran, pour s’acquitter des frais de visas. Aramex leur délivrera dès lors un reçu qui leur permettra de prendre rendez-vous avec les officiers consulaires de l’ambassade pour leurs visas, rendez-vous disponible à partir du 2 février 2017, rappelle-t-on. L’ambassade des Etats-Unis introduit ainsi une procédure supplémentaire dans le processus d’attribution des visas, qui rassure-t-elle, n’induira aucuns frais supplémentaires pour le demandeur, à moins que celui-ci n’opte pour la livraison à domicile de son passeport. Ce qui lui en coûtera l’équivalent en dinars de 10,75 dollars. Un service non obligatoire puisque le demandeur de visa pourra toujours récupérer son passeport au niveau des bureaux d’Aramex. L’ambassade des Etats-Unis explique cependant que la nouvelle procédure a été motivée par les agissements de certains « cybercafés et agents de voyages qui essayaient de réserver tous les rendez-vous disponibles (qui sont à l’origine gratuits)  dans le but de les  «vendre» à un prix élevé aux voyageurs algériens ».  On plus de créer une niche de profit pour ces dernier, la situation rendait « extrêmement difficile pour les voyageurs algériens de prendre rendez-vous par eux-mêmes ». L’ambassade explique que « 30 à 55% des rendez-vous, réservés par ces individus pour des personnes fictives qui ne se présentaient pas à l’ambassade, auraient pu être utilisés par des voyageurs légitimes ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *