Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Dégraissage en vue à Sonatrach

Le P-dg de Sonatrach, M. Abdelmoumen Ould Kaddour, a dressé mardi un constat critique sur l'organisation et le fonctionnement de l’entreprise qu’il dirige et il entend faire le ménage. C’est lors d’un brainstorming de la Sonatrach que M. Ould Kaddour a mis en avant les lacunes et les dysfonctionnements dont souffre la compagnie pétrolière nationale.  Celui-ci a relevé dans ce sens le nombre important de filiales au sein du groupe en disant ne pas être sûr que « toutes ces filiales ont leur place dans l'organisation de l'entreprise ».  Plus qu’une déclaration anodine, la phrase su P-DG de la Sonatrach annonce un véritable dégraissage, et plus qu’une restructuration du groupe, dans le sillage de toutes celles menées depuis au sein de la compagnie depuis le début de la crise pétrolière. La crise née de la chute des cours du brut il en justement question, car selon M. Ould Kaddour, Sonatrach « ne s'est pas préparée » à ce scénario.  Et pour cause, le patron de la première entreprise d’Afrique critique « l'absence d'une stratégie à long terme » qu'il a considérée comme un « problème fondamental », ainsi que l'absence d'un système d'information et de communication. Face aux problèmes auxquels fait face Sonatrach, il a plaidé pour une réorganisation du groupe d’une manière "assez intelligente" pour répondre aux besoins du pays. A ce propos, il a fait savoir qu'un changement allait être opéré à Sonatrach pour définir les objectifs à assigner à cette compagnie. Evoque-t-il pour autant un mouvement de licenciement au sein du plus gros employeur du pays après la fonction publique. Ce ne sera pas forcément le cas. Le P-DG de Sonatrach  s'est réjoui de la "très bonne formation" des jeunes cadres et techniciens du groupe dont il faut libérer les initiatives. M. Ould kaddour a aussi indiqué en marge de le rencontre que Sonatrach a connu des "étapes difficiles" en 2010 particulièrement: "N’oubliez pas qu'il y avait eu des scandales. Ce qui fait que les gens étaient traumatisés et les gens ne fonctionnaient plus et ne prenaient plus de décisions", a-t-il précisé. Selon lui, "il faut donc mettre les (travailleurs de Sonatrach) dans un environnement plus favorable, il faut les sécuriser et les former aussi".  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *