Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Daech délogé de ses derniers bastions en Irak et en Syrie

  Les forces irakiennes et syriennes progressent dans les derniers bastions de Daech. Les forces irakiennes progressaient vendredi dans al-Qaïm, gros bourg du désert au coeur du dernier bastion du groupe Etat islamique (EI) en Irak, ont indiqué des commandants. Les forces irakiennes ont repris un premier quartier d'al-Qaïm --50.000 habitants, selon ces commandants, mais il leur reste encore à reprendre la localité voisine de Rawa et les environs désertiques le long de la frontière poreuse avec la Syrie en guerre aux jihadistes.Tôt le matin, l'artillerie et l'aviation irakiennes, ainsi que les avions de la coalition internationale anti-EI emmenée par les Etats-Unis, ont pilonné des positions de Daech dans la localité, à une dizaine de kilomètres de la Syrie en guerre où l'EI est également pris en étau. Ensuite, des divisions de l'armée et du contre-terrorisme "ont entamé l'assaut sur le centre d'al-Qaïm", a affirmé à l'AFP le général Nomane al-Zobaï, commandant de la 7e division de l'armée irakienne, présent sur place. "L'armée, le contre-terrorisme et les unités (paramilitaires) ont lancé l'assaut sur Saada, Husseiba et al-Karabla", trois zones en périphérie ou dans al-Qaïm, affirme de son côté un communiqué du Commandement conjoint des opérations (JOC). Peu après, un officier indiquait à l'AFP sous le couvert de l'anonymat, qu'un premier quartier, Gaza, avait été repris aux jihadistes.  "Les unités du contre-terrorisme et les combattants tribaux ont libéré Gaza après des combats violents à l'issue desquels des terroristes ont péri et d'autres se sont repliés vers le centre d'al-Qaïm", a-t-il affirmé. Il y a une semaine, les forces gouvernementales et paramilitaires irakiennes ont lancé la bataille pour la reprise de la région d'al-Qaïm, où se trouvaient selon la coalition 1.500 terroristes de Daech. Cette opération est présentée par la coalition emmenée par les Etats-Unis comme le "dernier grand combat" contre le groupe EI. Elle vise à étrangler l'EI dans son dernier carré, dans la moyenne vallée de l'Euphrate, de la province syrienne de Deir Ezzor jusqu'à al-Qaïm. Dans la province de Deir Ezzor, son dernier bastion en Syrie, l'EI est la cible de deux offensives, l'une menée par les forces gouvernementales syriennes soutenues par la Russie et l'autre par une coalition appuyée par les Etats-Unis. Vendredi, la télévision d'Etat syrienne  annonçait que l'armée syrienne a repris le contrôle total de la ville orientale de Deir Ezzor, dernier grand centre urbain où était encore présent le groupe jihadiste Etat islamique (EI), a annoncé vendredi. "L'armée annonce avoir pris le contrôle total de la ville de Deir Ezzor", a indiqué la télévision d'Etat, citant des sources présentes dans cette cité. La veille, une ONG, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), avait déjà annoncé la reprise de Deir Ezzor par l'armée. L'agence de presse officielle Sana a rapporté pour sa part que la ville a été "entièrement libérée". D'après la télévision d'Etat, les unités d'ingénierie au sein de l'armée s'employaient à désamorcer les mines et autres engins explosifs dans les quartiers repris à l'EI. Un journaliste collaborant avec l'AFP a constaté jeudi de nombreux dégâts dans les quartiers récemment repris par l'armée, avec des immeubles qui se sont effondrés dans les combats ou des façades entièrement détruites. La perte de la ville est un nouveau coup dur pour l'EI, qui a subi une série de revers ces dernières semaines en Syrie et en Irak voisin et ne contrôle aujourd'hui plus aucune grande ville dans ces deux pays.    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *