Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Corruption : le Coréen Samsung décapité

Quelques mois après le tollé soulevé par les risques d’explosion des téléphones Samsung Galaxy note 7, le constructeur coréen Samsung se trouve une nouvelle fois au cœur du Cyclone.  En cause, un scandale lié à la corruption a poussé trois cadres dirigeants de la firme vers la démission, sans oublier le vice-président et héritier de l’empire qui vient d’être inculpé pour ces mêmes charges. Selon l’Agence France Presse, qui reprend un communiqué du groupe, trois cadres dirigeants de Samsung, le premier conglomérat de Corée du Sud, ont démissionné mardi après leur inculpation pour corruption dans le cadre d'un vaste scandale qui secoue le pays depuis des mois. Samsung a également annoncé le "démantèlement" de son Bureau des stratégies futures, qui supervise toutes les décisions importantes du conglomérat. Par contre,  « Lee Jae-Yong, héritier de l'empire et vice-président du navire-amiral Samsung Electronics, également inculpé, ne figure pas parmi ceux qui quittent l'entreprise », explique AFP. Selon AFP, M. Lee est accusé entre autres d'avoir versé près de 40 millions de dollars de pots-de-vin à la confidente de l'ombre de Mme Park, en contrepartie de faveurs politiques. Le capitaine d'industrie dément toutes les charges qui pèsent à son encontre. M. Lee, 48 ans, fils du président du premier conglomérat sud-coréen, avait déjà été placé en détention provisoire par la justice, à la demande des enquêteurs, le 17 février. Cette inculpation signifie de manière quasi certaine qu'il sera renvoyé, avec ses quatre collègues, devant un tribunal.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *