Convocation de Khaled Tebboune par la Justice : Un nouveau revers pour la campagne d’Abdelmadjid Tebboune

Sale coup pour le candidat Abdelmadjid Tebboune. Son fils Khaled vient d’être entendu, ce jeudi, par le procureur-adjoint près le tribunal de Sidi M’hamed. Khaled Tebboune est impliqué dans une affaire de blanchiment d’argent avec Kamel Chikhi, alias Kamel El Boucher, l’ex. P/APC de Ben Aknoun, Bouaraba Kamel et le fils de l’ex-Wali de Relizane Lamhel Djamel Eddine. Ils sont poursuivis pour blanchiment d’argent. Cette affaire qui surgit à la veille de la clôture de la campagne électorale qui prendra fin le samedi à minuit risque d’être fatale pour le candidat Abdelmadjid Tebboune. L’ex premier ministre et candidat à la magistrature suprême qui jurait par tous les saints qu’il était contre la « Issaba » aura du mal à plaider sa cause et justifier qu’il n’en faisait pas partie. L’argument avancé par Tebboune-père lors de sa campagne où il se faisait passer pour une victime de la bande ne semble plus tenir la route puisque battu en brèche par la nouvelle interpellation et audition de son fils Khaled par le procureur- adjoint de la République. Abdelmadjid Tebboune avait soutenu, alors, qu’on arrêtant, une première fois son fils et en l’impliquant dans l’affaire des 700 kg de cocaïne, ce « stratagème » le visait, en fait, lui, histoire de lui nuire. Tebboune que beaucoup considèrent comme le candidat de l’armée et le donnent favoris à succéder à Abdelaziz Bouteflika n’est pas à sa première défection. La première, et c’est la plus intrigante reste la démission de son directeur de campagne, l’ex ambassadeur d’Algérie aux États-Unis, la veille du lancement de la campagne électorale. Son train de vie ou du moins le faste avec lequel a débuté sa campagne avec beaucoup de moyen sont fait tressaillir les gens. Le malaise subite qui a neutralisé son nouveau directeur de campagne, hospitalisé, laisse libre court à l’imagination des algériens qui ont commencé à se douter que quelque chose ne tournait pas rond au sein du staff de Tebboune, notamment après la défection des comités de soutiens qui l’ont lâché pour aller soutenir le candidat du RND, Azzedine Mihoubi.  Autant de facteurs qui démontrent aujourd’hui que la thèse selon laquelle Abdelmadjid Tebboune serait le candidat de l’Armée et qu’il est assuré de présider aux commandes du palais d’El Mouradia est tout simplement fantaisiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *