Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

CONTRIBUTION. Un acte de naissance du 21ème siècle

Dixième semaine de forte mobilisation des algériens pour réclamer leur droit à construire un État de droit, démocratique et moderne. Ce chiffre dix semble interpeller par sa symbolique. Il fait penser aux dix ans d’un enfant qu’on voit grandir avec un certain enchantement. Il fait aussi penser aux dix ans de mariage ; comme une étape franchie, rassurante, qu’on brandit comme un trophée. Aussi, ce chiffre dix, fait penser aux dix ans d’une carrière professionnelle, où on n’est plus un débutant et on rentre dans le groupe des expérimentés.  
Ce dixième vendredi du hirak national, était très beau. Les algériens ont montré qu’ils tenaient à réaliser leurs buts légitimes. Surtout, ont-ils montré qu’ils étaient un peuple, dans le sens vrai du terme.  
Je dis cela parce que longtemps nous avons été traités de peuplade, de « ghachi », de société immature, …. Aujourd’hui, nous montrons au monde, mais d’abord à nous-mêmes, que nous sommes conscients de nos atouts : une profondeur historique, une diversité culturelle, une jeunesse volontaire, une diaspora qui nous honore, une nature riche et belle, …  
Rien ne peut arrêter un peuple uni qui avance, disent les politiciens. Les masques sont tombés et rien ne sera plus comme avant. Les tentatives de diversion et de division sont démasquées et déminées dès les premiers ballons d’essai. Rien ne peut nous arrêter !  
Notre force, nous la puisons dans notre histoire faite de sacrifices. Notre histoire qu’on nous a cachée pendant longtemps et qu’on découvre au fil des témoignages et des recherches, malgré tout ce dont en nous prive jusqu’à présent. Nous avons appris à apprendre notre histoire, à lire sa complexité, à vérifier et confronter les sources. Quelle belle histoire ; qui donne fierté et force.  
Nous avons également appris de nos traumatismes, ceux du lendemain de l’indépendance, mais bien sur ceux de la décennie noire, du début des années 2000, des malheureux évènements, plus récents, de Ghardaia, ou encore ceux de Ain Salah. Ces enseignements nous donnent la vigilance. Pour preuve, c’est la population qui a stoppé, dès leurs premiers dérapages, les émeutes de 2011.Aussi, avons-nous appris des expériences et des traumatismes récents des pays voisins et amis. Nous avons réalisé un « apprentissage collectif » ; en témoigne le caractère pacifique des marches populaires à travers les 48 wilayas ; mais aussi, le niveau élevé de subtilité caractérisant les banderoles et toutes sortes de support de revendication brandit.  
Ces quelques mots sont pour bannir toute sorte d’expression méprisante, diffamatoire, insultante, …, à notre égard. Plus jamais, nous nous laisserons qualifier de peuplade, de « ghachi », de je ne sais quoi ; plus jamais, car par notre détermination et notre marche de ce printemps 2019, notre volonté de bâtir un Etat de droit, démocratique et moderne, nous ouvrant la porte d’entrée du concert des nations modernes,  nous venons de signer notre acte de naissance du 21ème siècle !  
Disons-le encore, pour le plaisir, rien ne peut arrêter un peuple qui avance.  
Rafik Missoum
Enseignant Universitaire

2 pensées sur “CONTRIBUTION. Un acte de naissance du 21ème siècle

  • 29 avril 2019 à 20 h 37 min
    Permalink

    J’ai eu la chaire de poule en lisant ça, fière de vous, et j’aurai toujours le plaisir d’avoir été un jour votre étudiante <3.

    Répondre
  • 29 avril 2019 à 9 h 07 min
    Permalink

    Certes, c’est beau de lire un tel commentaire surtout quand il s’agit de citoyenneté de notre capital qui est l’Algérie.Ce qui est encore plus beau c’est l’optimisme que vous ajoutez à l’enthousiasme, à la volonté, à l’espoir avec lequel nous vivons afin de changer le goût de l’amertume que nous gobons par un goût sucré et rafraîchissant. Mais nous devons toujours rester méfiants comme dit le proverbe pour pardonner peut-être mais pour oublier jamais, les dix ans dont vous parlez ou plus précisément le nombre dix me fait rappeler la décennie noire,les victimes, les handicapés,les malades mentaux, la délinquance juvénile et en parallèle une pension minable à leurs proches.Pour changer, tout le monde est concerné, vous, moi et autres apprenons à nos enfants l’art et la manière, la dignité, l’ambition et la confiance avec le bon Dieu. Certes, on a tous hérité le sang de nos martyres donc on gardera toujours l’espoir pour un bel avenir et une Algérie encore plus belle, Dieu est puissant

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *