CONTRIBUTION. LE PEUPLE ET SON ARMÉE …

Par Nour-Eddine Boukrouh
Pour la première fois dans l’histoire de l’Algérie, l’armée a, dans une crise politique opposant le peuple au pouvoir, tranché en faveur du peuple. Elle l’a écouté, entendu et a déféré à sa volonté : se débarrasser des Bouteflika. Son Excellence Le Peuple Algérien (SELPA)et l’Armée Nationale Populaire (ANP)ont mis fin en ce 26 mars 2019 à une distorsion qui a trop longtemps duré, à une inversion perverse des valeurs et de l’ordre naturel des choses qui prévalait depuis l’indépendance, rétablissant du coup le lien logique et ontologique devant exister entre un peuple et son armée. C’est un premier pas vers leur réconciliation.
En ce jour, une nouvelle ère commence en Algérie qui pourrait voir le peuple, détenteur exclusif de la souveraineté, choisir librement et démocratiquement ses représentants de la base au sommet, conformément aux dispositions de la Constitution en vigueur. C’est le but final de la révolution citoyenne. L’Armée ne doit plus jamais être un écran ou un arbitre entre le peuple et son pouvoir, mais toujours derrière le peuple, aux côtés du peuple, en toutes circonstances.
La Constitution consacre dans son Titre 1 une logique et une hiérarchie qui situent le peuple au sommet, et l’État en deuxième position. A l’origine, au point de départ, il y a et il n’y aura jamais que le peuple citoyen. La souveraineté populaire est incarnée par le peuple, et la souveraineté nationale par l’État. La souveraineté populaire est exclusive au peuple, alors que la souveraineté nationale inclut le peuple (à travers les représentants qu’il se donne par les élections), l’État et son bras armé, l’ANP.
L'État et ses institutions politiques sont désignés périodiquement par le peuple. Le choix du président de la République et de tous les élus relève de la souveraineté exclusive du peuple. La conscience citoyenne devra rester vigilante à cet égard et y veiller. L’armée est une des institutions de l’État dont la spécificité est d’être la dépositaire des armes.  Nulle part la Constitution ne fait état de la « souveraineté militaire », ou n’autorise l’armée à choisir ou à imposer par la force ou la fraude le président de la République. Ces pratiques, cette époque, sont désormais révolues. La révolution citoyenne qui a commencé le 22 février 2019 devra aller au terme de l’ensemble de ses objectifs démocratiques. Elle n’est pas un mouvement de revendications matérielles ou socio-professionnelles, c’est un mouvement historique de réappropriation de l’Algérie, de la direction de l’Algérie, du gouvernement de l’Algérie, selon les critères universels de l’État de droit, moderne et civil.
Le peuple n’est pas, comme son armée, une entité, mais une multiplicité. Il n’est pas un corps régi par un règlement, la discipline et la voie hiérarchique, mais un grand nombre de personnes ne se connaissant pas, éparpillées à travers le territoire national et à l’étranger, n’ayant pas la même information ni la même pensée. Mais le peuple est tenu de développer une idée claire de ce qu’il veut et de ce qu’il peut. Il n’a rien à craindre de l’étranger dont le prémunit son armée, mais il doit se protéger de l’anarchie, de la surenchère, de la démagogie, du populisme, des rumeurs, du réveil des « açabiyate », des soutiens insincères au « hirak »...
La page des Bouteflika est tournée. Celle du « système » devra suivre. Dans le respect de l’ordre et de la légalité, sans soubresauts, violence, ou règlements de comptes. Si l’armée n’avait pas demandé la mise en œuvre de l’article 102 comme revendiqué par la société depuis des années, qui l’aurait fait ?  Le Conseil constitutionnel est la seule institution qualifiée en la matière, mais les Bouteflika ont pris le soin de le verrouiller en nommant à sa tête il y a deux mois quelqu’un qui n’avait pas le droit d’y être. Le Conseil constitutionnel ne l’aurait jamais fait, ni le parlement voté l’état d’empêchement. A eux deux, peuple et armée, ils seront imbattables et réussiront à installer la nouvelle Algérie, la IIe République algérienne, démocratique et sociale, vœu de toute la nation.On l’appellera tout simplement « République algérienne ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *