Conseil de la nation : La vacance de la présidence passe à la trappe

Le bureau du Conseil de la nation a tenu ce matin une réunion élargie aux présidents des groupes parlementaires. La rencontre présidée par Salah Goudjil, président par intérim de l’institution parlementaire, devait statuer sur la vacance du poste de président du Conseil. Un poste resté vacant depuis la démission d’Abdelkader Bensalah pour des raisons de santé. C’est du moins ce qui était attendu. Cependant, la question est passée à la trappe. Un communiqué du Conseil de la nation indique, dans ce sens, que la réunion du bureau a été consacrée à l’examen du rôle que l’institution « devra jouer lors de la prochaine étape que traversera le pays à l’orée des engagements pris par le président de la République (…) à commencer par les priorités de la situation actuelle, à savoir l’amendement de la Constitution». Il a ainsi été décidé de « poursuivre les activités normales du Conseil et de préparer l’examen du plan d’action du gouvernement qui sera soumis au Parlement…ainsi que d’examiner les projets de loi soumis ou en attente d’être transmis au Conseil de la nation… », indique le même communiqué. Un communiqué bien laconique et qui alimente un certain nombre de questionnements quant aux raisons qui ont poussé le bureau à évacuer la question de la vacance de la présidence du Sénat. Des questionnements qui poussent certains à présager une dissolution du Parlement avec ses deux chambres après la révision de la Constitution. Notons que la Constitution actuelle ne permet pas ce genre de scénario.  Le fait est que l’amendement de la Constitution ouvrira forcément le débat sur la place et le rôle de la Chambre haute du Parlement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *