Conférence nationale de dialogue du 6 juillet: Abdelaziz Rahabi chargé de la coordination

L'ancien ministre de la Communication, Abdelaziz Rahabi, a affirmé mercredi, avoir été chargé de la mission de coordination pour la gestion de la Conférence nationale de dialogue, prévue le 6 juillet avec la participation de partis politiques, de personnalités, de représentants de la société civile et de jeunes du hirak populaire. Dans une publication sur sa page Facebook, M. Rahabi a indiqué que "les partis et la société civile élargie qui avaient présenté une plateforme le 15 juin dernier et les associations issues du mouvement populaire comptent organiser un colloque national le 6 juillet 2019, et ont été chargés de la coordination pour gérer cette initiative politique globale et inclusive pour élaborer une approche et des mécanismes de sortie de crise, et s'orienter, dans des délais raisonnables, vers l'organisation de la première présidentielle démocratique dans l'histoire du pays". L'ancien ministre a annoncé avoir établi de "larges contacts avec toutes les parties, sans exclusive, pour participer à l'organisation des différentes étapes de cette rencontre, et adhérer pleinement aux efforts visant la sortie de crise", soulignant avoir rencontré le 19 juin un groupe des membres de la direction du Front des forces socialistes (FFS) et présenté le contenu du projet de colloque sur le dialogue national. M.Rahabi a indiqué avoir été convié à prendre part à la réunion du 26 juin des partis ayant signé l'appel des forces de l'alternative démocratique du 18 juin "après la consultation des partis de l'initiative du colloque de dialogue national", soulignant avoir été chargé de présenter "notre vision et d'oeuvrer pour le rapprochement et le consensus au mieux des intérêts du pays et des citoyens". La commission chargée de la préparation de la Conférence nationale de l'opposition a fixé le 6 juillet, date de la tenue de la Conférence nationale inclusive, à laquelle prendront part les partis, les personnalités et représentants de la société civile et du hirak populaire. La Commission organisationnelle chargée de la préparation de la conférence nationale a pu convaincre le RCD pour y participer, alors que le FFS appelle à une Assemblée constituante. Trois comités ont été formés par cette Commission, dont le premier chargé de recueillir les avis et les initiatives politiques existantes sur le terrain, le deuxième (comité d'organisation) de définir où et quand la conférence aura lieu et le troisième de la communication et de la concertation avec toutes les forces politiques du pays. Les acteurs de la société civile avaient appelé dans une plateforme établie le 15 juin, à "l'accélération de la transition démocratique fluide conformément à un processus électoral concrétisant la rupture avec les systèmes de tyrannie et de corruption et garantissant l'édification d'institutions légitimes et crédibles". Ils ont suggéré "la formation d'un Gouvernement de compétences nationales pour la gestion des affaires et l'installation d'une instance indépendante chargée de la supervision, de l'organisation et de l'annonce des résultats de l'élection, en garantissant les mécanismes de contrôle". Ils ont appelé, à ce propos à "l'ouverture d'un dialogue national global avec la classe politique, la société civile et les personnalités nationales ainsi que les militants du Hirak populaire au sujet de la situation politique et socioéconomique du pays", outre "les voies et moyens de sortie de crise en attendant à ce que ce dialogue soit sanctionné par une conférence nationale".APS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *