Commerce des boissons: de mesures pour réguler les marges bénéficiaires

  Le ministre de Commerce, Ahmed Abdelhafid Sassi, a reçu mardi à Alger le président de l'Association des producteurs algériens de boissons (APAB), Ali Hamani, avec lequel il a évoqué les nouvelles mesures proposées relatives à la facturation et à la définition de la marge bénéficiaire, a indiqué l’APS qui cite un communiqué du ministère. Cette rencontre qui s'inscrit dans le cadre des consultations entre le ministère et les différents acteurs et professionnels du secteur, a mis l'accent sur plusieurs propositions qui concernent les producteurs, les grossistes, les détaillants et les distributeurs en matière de facturation ainsi que la marge bénéficiaire. M. Sassi a indiqué que son département ministériel tendait à travers ces mesures à lutter contre le marché parallèle pour l'éradiquer par la suite tout en imposant aux commerçants un cadre réglementaire capable d'assurer des transactions transparentes et permettant de suivre la chaine de commercialisation des produits exposés à la vente du producteur au consommateur, ce qui facilitera les opérations de contrôle et la lutte contre la fraude. "Ces efforts visent à servir le consommateur et lui garantir son droit d'avoir des produits de qualité selon les normes internationales tout en assurant le droit de l'Etat à l'impôt, sans nuire au produit ni au commerçant qui représentent la pièce maitresse dans le cycle des transactions commerciales", ajoute le ministre. Une réunion est prévue en début de septembre entre les professionnels et les cadres du secteur avec la participation d'autres secteurs concernés par ce dossier, précise le communiqué.

Une pensée sur “Commerce des boissons: de mesures pour réguler les marges bénéficiaires

  • 16 novembre 2017 à 13 h 40 min
    Permalink

    Il existe une alternative au circuit de distribution traditionnel pour les producteurs algériens. Un réseau de distribution multi-régional de vente direct producteurs-détaillant qui ne prends pas de marge mais qui facture un tarif fixe pour sa plateforme logistique et son action marketing locale. C’est le réseau SEDENA mentionné sur un site web IBFTS.
    Si j’ai bien compris le principe, les commerciaux locaux collectent les commandes en suite il font la distribution des la marchandise envoyé en un jour pour gagner sur la distribution.

    Répondre

Répondre à Sonia Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *