Ce que vous allez payer plus cher en 2018

En mal de ressources, le gouvernement cherche des moyens de financer le Trésor public. Au-delà du recours à la planche à billet qui risque d’induire des dérives inflationnistes dans un marché totalement déstructuré, il faudra compter sur l’impact de la hausse des taxes sur certains produits. Ainsi et contrairement à ce qui avait été promis par le Premier ministre lors de son passage à l’Assemblée populaire nationale, la planche à billet ne permettra pas d’éviter une hausse des impôts auxquels sont soumis les ménages, en 2018.
Carburants : une hausse de la TPP en attendant la révision des marges  
L’énergie est d’ailleurs en première ligne. Bénéficiant de subventions de l’Etat, souvent critiquées pour leur effet contreproductif, les prix carburants vont augmenter en 2018. En effet, le projet de Loi de finances 2018  introduit une augmentation de la Taxe sur les produits pétroliers (TPP) applicable sur les carburants, taxe qui a été instaurée rappelons-le en 2016. Il s’agit d’une augmentation de 5 DA pour l’essence. L’essence normale coûtera à la pompe 38,64 DA contre 32,69 DA aujourd’hui et l’essence sans plomb coûtera 41,28 DA contre 35,33 DA. Pour le gasoil la TPP augmentera de 2 DA, faisant passer les prix à la pompe de 20,42 DA à 22,8 DA. La hausse de cette taxe ne prend en compte une révision des marges des distributeurs, ce qui laisse présager une augmentation plus importante des prix de l’essence, si comme en 2016, l’Autorité de régulation des hydrocarbures décidait d’une hausse des marges des distributeurs, Naftal en tête. De telles mesures permettraient ainsi à travers les taxes de gonfler les recettes  en générant des ressources supplémentaires de l’ordre de 61  milliards DA et de limiter l’effet de la dévaluation du dinar sur la facture des subventions. En somme le gouvernement reprend d’une main ce qu’il donne de l’autre. Il est vrai que le Premier-ministre avait avoué dimanche à Arzew que les carburants importés coûtaient « très cher » à l’Algérie et que la dévaluation du dinar rendait les choses « plus difficile».
 Le Tabac et les LED
 
Le projet de budget pour 2018 prévoit aussi une hausse sur le tabac et les ampoules LED importées. Pour le tabac, la taxe intérieure de consommation a été révisée à la hausse. Tandis que le taux proportionnel fixe sera maintenu à 10 %, la TIC augmentera de plus de 32 % pour le tabac brun en passant de 1240 DA/kg à 1640 DA/kg, de près de 28 % pour le tabac blond qui passe de 1760 DA/Kg à 2250 DA/Kg et enfin d’à peine un peu plus de 5 % pour un tabac luxueux comme le cigare qui passe de 2470 DA/kg à 2600 DA/kg. Quant au tarif de la taxe additionnelle sur les produits tabagiques, il  a été fixé à 21 DA par paquet de cigarettes, bourse ou boîte de tabac à chiquer. Chaque 21 DA prélevé sera réparti à hauteur de 10 DA au budget de  l’État, 6 DA au profit du Fonds pour les urgences et les activités de soins  médicaux, 2 DA pour le Fonds national de sécurité sociale, 2 DA pour le  Fonds de lutte contre le cancer et 1 DA pour le Fonds de solidarité  nationale. De manière plus concrète un paquet de cigarettes enregistrera une hausse d’environ 11 DA/paquet.  Des hausses qui devraient rapporter un peu plus de 6 milliards de dinars au Trésor public. Enfin, les  droits de douanes appliqués à  l’importation aux ampoules LED connues pour être les moins gourmandes en électricité  passeront à 30% contre 5%  actuellement. Même si l’usage de ces ampoules déjà coûteuses sur le marché devrait être encouragé pour pousser la demande en électricité des ménages à la baisse, le gouvernement décide de les surtaxer. L’argument avancé en ce sens est d’encourager la fabrication de ces ampoules en Algérie. Surréaliste !

Une pensée sur “Ce que vous allez payer plus cher en 2018

  • 10 novembre 2017 à 19 h 00 min
    Permalink

    Ce n’est pas surealiste on était en pleine négociation avec des investisseurs pour monter une grande usine mais le passage à 5% à fait mal à ce projet

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *