Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Boutarfa : un baril à 60 dollars à la fin de l’année

Un accord sur la réduction de la production de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole, mercredi à Vienne, pourrait permettre un net redressement des cours du brut.  Le ministre de l’Energie, M. Noureddine Boutarfa est ce samedi à Téhéran, pour une ultime médiation qui permettrait d’arriver à un consensus avant la réunion du 30 novembre.  Un déplacement qui semble avoir fait avancer les choses dans le bon sens. L’optimisme du ministre algérien et de son homologue iranien, M. Bijan Namdar Zanganeh, à l’issue de leurs entretiens à Téhéran confirment la possibilité d’un accord à Vienne. M. Boutarfa a d’ailleurs indiqué à Téhéran que si les pays de l’Opep et les producteurs non Opep parviennent à un accord mercredi, les prix pourraient augmenter à 50 ou jusqu’à 55 dollars. Il pense même que les cours pourraient bondir à 60 dollars en fin d’année ou au début de 2017. Selon des médias iraniens, le ministre algérien de l’Energie a présenté la proposition algérienne portant réduction de la production de 1,1 million de barils/jour à son homologue iranien. M. Boutarfa a, d’ailleurs précisé que la proposition porte aussi sur « la réduction de 600.000 barils/jour de la production des pays non Opep ». Il est vrai que pour l’heure, seuls les Saoudiens ont présenté certaines réticences à discuter avec les producteurs non Opep, tant qu’un consensus au sein de l’Organisation basée à Vienne n’a pas été dégagé. Or, celui-ci est en bonne voie.  Selon l’agence iranienne Shana, M. Bijan Namdar Zanganeh s’est dit optimiste quant à la possibilité d’arriver à un accord mercredi à Vienne. Celui-ci a affirmé à l’issue de ses entretiens avec M. Boutarfa que « la proposition du ministre algérien de l’Energie, à propos de la répartition des quotas de chaque pays a été présentée aujourd’hui et a été examinée avec attention ».  Et de préciser que l’Iran « donnera son opinion concernant cette proposition lors de la réunion du 30 novembre. Les tendances générales suggèrent que l’Opep pourrait parvenir à un accord viable pour sa production et pour la gestion du marché ». Le ministre iranien du pétrole estimera d’ailleurs que si « les membres de l’Opep s’entendent,  et je suis optimiste, les prix augmenteront. C’est aussi que l’économie mondiale demande ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *