Boudjemaâ Talai : « Air Algérie se porte mal ! »

  Le ministre des Travaux publics et des Transports, M. Boudjemâa Talaï jette un pavé dans la marre en remettant en cause la gestion de la compagnie aérienne nationale. Le ministre a déclaré dimanche, lors de l'installation du nouveau directeur général par intérim de cette compagnie aérienne, Bakhouche Alleche qu’Air Algérie a besoin d’une gestion transparente. M. Talai ira même jusqu’à dire que le pavillon national va mal.  Le premier responsable du secteur évoque ainsi des problèmes d’organisation, de management et de rentabilité. Pour le ministre, Air Algérie ne perd pas d’argent pour le moment, mais pourrait en perdre.  «En regardant le bilan d'Air Algérie, je vous dis que la compagnie se porte mal », précise le ministre. Selon les propos rapportés par l’APS, M. Talaï a également expliqué qu’Air Algérie a réalisé un chiffre d’affaire « qui avoisine les 80 milliards de DA, mais si l'on regarde au niveau des charges, elles sont évaluées à 80 milliards de DA ». Mieux encore, le ministre affirme que la compagnie « est à la limite de perdre de l'argent et elle en perdrait si ce n’est toute la gymnastique comptable pour effectuer des transferts de comptes et un système d'évaluation ». Mais tout n’est pas noir sur ce tableau. Air Algérie a consenti d’importants investissements financés par crédit et dispose des moyens pour tenir ses engagements et rembourser ses dettes explique-t-il. Et d’ajouter qu’ Air Algérie n'a pas de problèmes externes, ni de problèmes de marché ou de son environnement, et « c'est l'essentiel pour une compagnie aérienne ». C’est dans ce contexte que Boudjemâa Talaï plaide pour la réorganisation de la compagnie aérienne.  Il a relevé qu’Air Algérie fait face à de grands problèmes d'organisation: "Il y a des cadres de très bon niveau à l'intérieur de cette entreprise, de bons pilotes, de bons techniciens et de mécaniciens, mais au niveau du management, il n'y a pas d'équipe". Dans ce cadre, M. Talai a considéré qu'"un directeur général, quel qu'il soit, ne peut gérer seul une compagnie de 10.000 personnes avec une flotte d'une cinquantaine d'avions s'il n'y a pas d'équipe autour de lui".  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *