Benyounès: « « nul ne peut empêcher un citoyen de se présenter aux prochaines élections présidentielles »

Le président du Mouvement populaire algérien (MPA), Amara Benyounès, a appelé samedi, à Mostaganem, à un consensus national pour le parachèvement des réformes politiques et la mise en place d’un projet économique clair pour les prochaines années. Animant un meeting populaire à la maison de la culture "Ould Abderrahmane Kaki", Amara Benyounès, a souligné que "les prochaines élections présidentielles sont très importantes et elles se dérouleront dans des conditions politiques, économiques et sécuritaires aux défis particuliers dont celui induit par la chute des cours hydrocarbures en 2014 et leurs retombées sur l’économie nationale". Le président du MPA a indiqué que celui qui sera élu aux prochaines présidentielles doit initier des réformes économiques "difficiles et douloureuses par le biais d’un consensus national et par le parachèvement des réformes politiques initiées par le Président de la république, M. Abdelaziz Bouteflika, en 2011". Le responsable a estimé que "la sortie de la crise économique découlant de la chute des prix des hydrocarbures doit se faire par une nouvelle approche loin du modèle économique socialiste". "L’économie nationale a besoin davantage de liberté et non des entraves en libérant l’initiative personnelle et privée, en luttant contre la corruption qui ne favorise pas l’édification d’une économie libre et indépendante, loin du socialisme, de la bureaucratie et de l’économie rentière dépendant du pétrole". Par ailleurs, Amara Benyounès a appelé à "édifier une société basée sur le travail comme valeur fondamentale, à opter pour une agriculture forte en orientant les jeunes vers ce secteur, à résoudre le problème du foncier agricole par la récupération des terres agricoles et leur distribution aux investisseurs capables de créer la richesse et des emplois". S’agissant des opposants au renouvellement du mandat présidentiel, le responsable a estimé que "nul ne peut empêcher un citoyen de se présenter aux prochaines élections présidentielles à l’exception du Conseil constitutionnel qui dispose de toutes les prérogatives de rejeter une candidature". "Nul ne peut imposer à un citoyen algérien de se porter candidat à ce rendez-vous présidentiel car, il s’agit d’une décision et d’un choix personnels propres à chaque candidat", a-t-il ajouté. Par ailleurs, Amara Benyounès a estimé "qu’il n’existe pas en Algérie une opposition structurée avec un projet clair. Il n’y a que des opposants incapables de présenter un seul candidat aux présidentielles et qui ont échoué à parvenir à un accord sur un candidat". Pour le président du MPA, "la démocratie a besoin d’une opposition forte pour l’alternance pacifique du pouvoir". M. Benyounès a salué les efforts de l’ANP et les corps de sécurité dans la lutte contre le terrorisme et leur rôle à préserver la pérennité de l’Etat algérien durant la décennie noire, appelant à la vigilance pour faire face aux dangers guettant le pays notamment au niveau de ses frontières.APS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *