Banque mondiale : ralentissement de la croissance économique algérienne en 2017

  La croissance de l’économie algérienne  s’est poursuivie en 2016 à "un rythme soutenu" malgré la chute des cours de  pétrole, a indiqué lundi la Banque mondiale (BM) en anticipant un  ralentissement de l’économie en 2017 sous l’effet de rééquilibrage des  finances publiques. En 2016, l’Algérie "a affiché une croissance soutenue à 3,8%, soit un taux  pratiquement similaire à celui de 2015" qui est de 3,9%, précise la BM dans  son rapport de suivi de la situation économique de la région du  Moyen-Orient et Afrique du Nord, publié lundi et relayé par l’APS. "Cette solide croissance a tenu à la reprise de la production  d’hydrocarbures qui a augmenté de 3,6% en 2016 en comparaison avec 0,4% en  2015", explique la BM. L’activité économique s’est ralentie en dehors de ce secteur, et le taux  de croissance du reste de l’économie est tombé de 5,0% en 2015 à 3,9% en  2016 essentiellement en raison du ralentissement observé dans les secteurs  de l’agriculture, de l’eau et d’autres industries. Mais "le repli reste toutefois modeste malgré l’impact de la chute des  cours du pétrole qui sont tombés de 100 dollars le baril en 2014 à 46  dollars le baril en 2016", tient à relever l’institution de Bretton Woods. "Cette croissance soutenue a résulté en partie d’un processus harmonieux de rééquilibrage des finances publiques, qui a permis de ramener le déficit  budgétaire de 16,2% du PIB en 2015 à 12,2% du PIB en 2016", constate  l’institution financière internationale.A moyen terme, ce rééquilibrage des finances publiques, nécessaire à  l’économie nationale, devrait se traduire par une baisse de la croissance,  en raison d’une réduction des dépenses publiques mais va aider en parallèle  à réduire davantage les déficits budgétaires et du compte courant de  l’Algérie. "La révision à la baisse des projections de la croissance par rapport aux  projections de l’automne 2016 est due à l’annonce de l’assainissement des  finances publiques et au ralentissement de la croissance de la production  d’hydrocarbures", souligne la BM dans sa note consacrée à l’Algérie. Selon les mêmes projections, le taux de croissance du Pib réel devrait  atteindre, en moyenne, 1,2% durant la période 2017-2019. Pour 2017, la BM anticipe une croissance de 1,5% qui va se réduire à 0,6%  en 2018 avant de remonter à 1,5% en 2019. Avec le maintien de la maîtrise des dépenses, l’Algérie sera en mesure de  ramener son déficit à -4,7% en 2017 puis à -1% en 2019, qui pourra être  comblé par l’émission de nouvelles dettes du fait de l’épuisement de  l’épargne publique ce qui pourrait porter le ratio de la dette au Pib à  14,6% en 2018 et à 20,4 % en 2019. Les projections de la BM indiquent aussi une diminution progressive du  déficit du compte courant de l'Algérie, qui tombera à moins de 10% en 2019. La BM note également que le léger accroissement (2,5%) de la production  d’hydrocarbures de l’Algérie attendu durant la période 2017-2019 et la  remontée des cours du pétrole "devraient atténuer les répercussions  négatives du rééquilibrage financier sur les secteurs réels hors pétrole ". Les perspectives actuelles de la BM reposent sur l’hypothèse d’une forte  remontée des cours du pétrole de 27% en 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *