Baisse record du dinar face à l’euro : les raisons d’une dépréciation

    Le dinar continue de se déprécier face au billet vert. Mardi, la monnaie nationale a crevé un nouveau prix plancher  face au dollars. La ligne de cotation commerciale spot pour la période allant du 3 au 5 septembre en cours affiche une parité de plus de 120 dinars algériens pour un dollar américain. Soit un cours record pour le billet vert.  A contrario, la parité dinar/euro baisse de 131/132 dinars pour un euro. Il ne demeure que les cours demeurent très élevés par rapport aux années antérieures. Ce qui pousse à s’interroger sur les raisons de cette dépréciation, ou plutôt de cette dévaluation qui ne dit pas son nom. La Banque d’Algérie a coutume de  justifier les dépréciations successives du dinar par des facteurs liés à la fois à la situation économique du pays et aux fluctuations du marché international des changes. Il est vrai que le marché international de la devise  a été marqué au cours des derniers mois par une forte appréciation du dollar américain par rapport à la monnaie européenne. Lundi, la valeur de l‘euro a baissé à 1,0970 dollars. Ce qui pourrait expliquer en partie l’appréciation du dinar par rapport à l’euro et sa dépréciation face au dollar. Néanmoins, faut-il garder à l’esprit que le dinar a perdu plus de 50 % de sa valeur nominal par rapport au dollar et près du quart de sa valeur nominale par rapport à l’euro, au cours des cinq dernière années. Le fait, et de l’aveu même de la Banque d’Algérie, la gestion des changes a été l’un des principaux instruments qui ont en partie permis d’absorber les effets du choc externe induit par la crise qui secoue les marchés pétroliers depuis juin 2014. Il faut aussi reconnaître qu’une dévaluation du dinar à ce niveau permet de gonfler les recettes budgétaires en dinars issues de revenus pétroliers lesquels sont exprimés en dollars. Enfin, la dépréciation continue du dinar a pour effet indirect de maintenir la pression sur les importations en diminuant le pouvoir d’achat des opérateurs économiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *