Baha Eddine Tliba enfonce Ould Abbes

Le député FLN, Baha Eddine Tliba refuse obstinément de s’en remettre à la Justice. A quelques jours de la tenue d’une séance plénière de l’Assemblée populaire nationale pour la levée de l’immunité parlementaire de l’élu d’Annaba, celui-ci opte pour une opération Com plutôt étrange pour exprimer son affliction face à l’acharnement des médias à son encontre et son incompréhension quant à la demande du ministre de la Justice, M. Belkacem Zeghmati. Il lèvera, au passage, le voile sur certaines pratiques louches au sein de l’ex-parti unique et l’influence de la « Chkara » sur la désignation des futurs députés FLN, sous le règne de Djamel Ould Abbes.  Tliba tente de confectionner le costume de dénonciateur héroïque de la « Chkara » et de la corruption en expliquant  dans un communiqué transmis à notre rédaction, qu’en 2017, il aurait dénoncé les fils de l’ex-SG du FLN,  El Wafi  et Mehdi Ould Abbes  « et leurs complices ».  Et d’ajouter  qu’à la veille des législatives de 2017, les fils Ould Abbes lui ont ainsi « rendu visite » à  à sa résidence de Club des Pins pour lui demander de « verser 7 milliards de centimes à l’effet de (lui) permettre de conduire la liste FLN à Annaba ». Une demande qui aurait poussé le député à déposer plainte, permettant ainsi  « aux services de sécurité d’enquêter et de confirmer le forfait », avant que l’affaire ne soit étouffée dans l’œuf, explique-t-il. Prolixe sur les détails, Tliba qui se pose en victime de la « Issaba » s’attribue le mérite de l’arrestation du fils d’Ould Abbes et explique par ailleurs avoir payé cette dénonciation par des représailles, à savoir un renvoie en conseil de discipline et une marginalisation au sein du groupe parlementaire FLN. Le député d’Annaba ajoute que le dossier en question a été rouvert au mois de juin dernier et qu’il a été entendu, dans ce contexte, par le juge d’instruction du tribunal de Chéraga le 04 septembre 2019. Cachant à peine sa déception, il conclut que « contre toute attente, malgré moult services rendus à la patrie en tant que « dénonciateur »,  plaignant et surtout eu égard à (sa) collaboration avec la police judiciaire, (il se) retrouve objet d’une demande de levée de l’immunité parlementaire par le ministère de la Justice ». Le député se dit « convaincu que la Justice impartiale tranchera équitablement ».  Il faut, cependant, noter que le député qui estime ne rien avoir à se reprocher n’explique en aucun cas son refus de renoncer à son immunité parlementaire. Tliba qui se considère comme cette « gorge profonde » crie au « complot ourdi contre lui ». Comme dans une crise de paranoïa, Baha Eddine Tliba « reproche » au ministre de la Justice de s’n prendre à « un si bon citoyen » !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *