Amendement de la Constitution : un mandat présidentiel renouvelable une fois pour se préserver de l’autocratie

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a réitéré jeudi lors de son discours d’investiture son engagement pour l'amendement de la Constitution "dans les quelques mois, voire les quelques semaines à venir". Le Président Tebboune a ainsi estimé que « l'amendement de la Constitution, pierre angulaire pour l'édification d'une nouvelle République, se fera durant les mois à venir, voire les quelques semaines à venir, afin de réaliser les revendications du peuple exprimées par le Hirak ».  Un Hirak que le président de la République a qualifié de bénit, les « Algérien ayant décidé en toute conscience de mettre fin à la déliquescence de l’État et de ses institutions ». Abdelmadjid Tebboune s’est dans ce sens engagé à rétablir le prestige de l’État. Abdelmadjid Tebboune a indiqué que la nouvelle Constitution réduira ainsi les prérogatives du président de la République, prémunira le pays contre toute autocratie, garantira la séparation des Pouvoirs, assurera leur équilibre, garnatira l'indépendance de la Justice confortera la lutte contre la corruption et protègera les libertés comme la liberté de manifester et la liberté de la presse ainsi que les droits de l’Homme. Il a affirmé, dans ce contexte, que le mandat présidentiel ne sera renouvelé qu'une seule fois. Le président de la République s'est engagé à opérer un changement radical du mode de gouvernance, enluttant contre la corruption et l'impunité. Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a également appelé les Algériens à "tourner la page des différends, de la désunion et de la discorde", et à œuvrer ensemble pour "une Algérie stable". "Nous sommes tous Algériens, et il n'y a pas ceux qui le sont plus que d'autres, si ce n'est l'effort sincère et loyal au service de notre chère Algérie", a-t-il affirmé dans ce sens. "Nous sommes maintenant dans l'obligation, tous, où que nous soyons et quelques soient nos obédiences culturelles et politiques (...) et nous n'avons d'autre choix que de mettre la main dans la main pour réaliser les rêves de nos prédécesseurs, de notre jeunesse actuelles et des futures générations de l'Algérie à l'édification d'une nouvelle République forte et crainte, stable et prospère, mettant en en avant, dans ce sens, l'impératif de ne jamais dévier de la Déclaration du 1er Novembre, M. Tebboune "sous peine d'être ébranlés par les facteurs de la division  et de la faiblesse".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *