Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Allocution du Premier Ministre devant l’Assemblée Populaire Nationale pour la présentation de la Déclaration de Politique Générale

Bismillah Errahmane Errahim,
Monsieur le Président de l’Assemblée Populaire Nationale,
Mesdames et Messieurs les Députés,
Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement, 
Mesdames et Messieurs,
Je voudrais tout d’abord vous exprimer les salutations du Gouvernement, à vous même Monsieur le Président de l’Assemblée, ainsi qu’aux honorables députés. Le Gouvernement vous présentera aujourd’hui sa Déclaration de Politique Générale faisant le bilan de son action depuis Septembre 2017. Le texte de cette Déclaration a été mis à votre disposition depuis une semaine déjà. Aussi, en attendant de répondre à vos commentaires et à vos questions à l’issue du débat, mon exposé se limitera aujourd’hui à une série de remarques articulées autour de quatre axes. Le premier axe résumera la Déclaration de Politique Générale. Le second portera sur la mise en œuvre du programme présidentiel pour la période 2014 à 2018, programme dans lequel s’inscrit l’action du Gouvernement. Le troisième axe rappellera les avancées du pays durant ces deux dernières décennies, grâce à la continuité de la démarche, sous la direction du Président Abdelaziz BOUTEFLIKA. La dernière partie de cette intervention sera un regard vers l’avenir du pays.
Monsieur le Président de l’Assemblée Populaire Nationale, 
Mesdames et Messieurs les députés,
Mesdames et Messieurs,
S’agissant de la Déclaration de Politique Générale riche d’une quarantaine de pages, je me limiterai à en rappeler quelques éléments. En premier lieu, l’Algérie vit dans la paix et la sécurité grâce à la vigilance, aux efforts et aux sacrifices de l’Armée Nationale Populaire et des Forces de sécurité auxquelles nous rendons hommage et nous inclinons à la mémoire des martyrs du devoir national. En second lieu, durant ces deux dernières années, le pays a poursuivi les réformes pour la modernisation de la Justice et de la Gouvernance, ainsi que pour l’amélioration de l’environnement financier et de l’investissement. Ces réformes seront également abordées dans la deuxième partie de ce discours. En troisième lieu, dans le domaine économique, le pays a enregistré des progrès. L’agriculture a connu un taux de croissance proche de 9%. L’industrie arrive à satisfaire la demande nationale dans plusieurs filières et même à accroitre ses exportations hors hydrocarbures. La croissance économique a été robuste, se rapprochant de 4% en 2018 hors des hydrocarbures. Le secteur des hydrocarbures qui est en phase de mise à niveau, dispose d’un avenir prometteur grâce à sa future législation révisée, à l’exploration des ressources non conventionnelles et au développement de la pétrochimie. En quatrième lieu, le développement humain a connu d’importantes avancées dans tout le système national d’éducation, d’enseignement et de formation, dans le domaine du logement, et l’alimentation en eau potable et en énergies. En cinquième lieu, la politique sociale maintient son niveau malgré les contraintes financières. La solidarité nationale reste forte en faveur des couches défavorisées et des personnes en détresse. Les dispositifs de protection sociale et de retraite poursuivent leurs importantes prestations, y compris avec le soutien de l’Etat. Les transferts sociaux représentent plus de 1500 milliards DA par an. Le taux de chômage est stabilisé à 11%, malgré l’importance des nouvelles demandes d’emplois. En sixième lieu, la prise en charge des Moudjahidine et ayants droits se poursuit, notamment en matière de pensions et de couverture médicale. La Mémoire de la Glorieuse Révolution de Novembre est cultivée à travers son enseignement, la réalisation des musées et cimetières des martyrs et l’écriture de l’Histoire. En septième lieu, la Jeunesse reste au centre de nos préoccupations, pour sa formation et pour son épanouissement à travers des activités de détente, de loisirs et sportives, ainsi que pour son insertion sociale par l’offre d’emplois. En huitième lieu, l’Identité nationale demeure l’objet d’actions multiples. Ainsi, la promotion de l’Islam religion de l’Etat, s’effectue notamment à travers le renforcement du rôle de la Mosquée, l’unification des programmes d’enseignement islamique et la propagation de la culture islamique. La promotion de Tamazight a notamment enregistré l’extension de son enseignement à 44 wilayas, ainsi que la promulgation de la loi relative à l’Académie algérienne de la Langue amazighe dont la composition a été rendue publique et dont l’installation est imminente. La langue et la culture arabes sont au centre des intérêts du système de formation, ainsi que de l’espace culturel et médiatique. En neuvième lieu, la Communauté nationale à l’étranger est l’objet d’une attention soutenue. Outre sa protection et sa prise en charge consulaire, désormais facilitées par la délivrance de documents numérisées, cette Communauté bénéficie également de mesures nouvelles décidées par le Président de la République il y a une année. Ainsi, 21.000 dossiers ont déjà été traités pour l’accès au logement promotionnel, alors que plus de 900 dossiers ont été finalisés pour le bénéfice de micros crédits en faveur des jeunes. En outre, des dizaines de projets d’investissements de nos expatriés sont traités par l’ANDI. Enfin, l’ouverture d’une banque algérienne en France sera concrétisée cette année.
Monsieur le Président de l’Assemblée Populaire Nationale, 
Mesdames et Messieurs les députés,
Mesdames et Messieurs,
J’aborderai à présent le 2ème axe de cet exposé, consacré à la mise en œuvre du programme du Président Abdelaziz BOUTEFLIKA pour la période 2014 à 2018, programme dans lequel s’inscrit l’action du Gouvernement. Dans ce cadre, je relèverai d’abord qu’en matière de réformes, les cinq dernières années ont été riches en réalisations. La révision de la Constitution en 2016 a été entourée d’une large consultation de la classe politique et du mouvement associatif et a débouché sur d’importantes avancées dans plusieurs domaines. Cette révision a été suivie de la mise à jour de nombreuses lois. La Justice a parachevé le déploiement d’un vaste réseau de juridictions à travers toutes les wilayas. La réforme de la législation se poursuit au profit des justiciables, y compris avec l’instauration du second degré de juridiction en matière criminelle et l’avènement de l’exception d’inconstitutionnalité devant le Conseil Constitutionnel. L’Administration progresse dans sa modernisation avec, notamment, le renforcement du maillage territorial au sud et dans les grandes agglomérations, une avancée sensible dans la numérisation des actes, procédures et documents, ainsi que la décentralisation des actes et des décisions dans plusieurs domaines au profit des wilayas. Dans le domaine économique, l’investissement a bénéficié de facilitations supplémentaires, notamment à travers la décentralisation des procédures, une offre plus grande du foncier industriel, d’importantes mesures de défiscalisation et de bonification des crédits bancaires, ainsi que le soutien aux exportations hors hydrocarbures. S’agissant des réalisations physiques, les cinq dernières années dégagent un bilan éloquent, exposé dans l’Annexe II à la Déclaration de Politique Générale. Ce bilan a été atteint en dépit du choc pétrolier apparu en 2014 et qui a réduit de 70% les revenus extérieurs du pays. A titre d’illustration, je citerai quelques exemples des réalisations entre 2014 et 2018. -i- 1.200.000 logements ont été livrés. -ii- Près de 1000 lycées et collèges ont été réceptionnés en même temps que 5000 nouvelles classes et près de 700 cantines scolaires. -iii- L’université s’est renforcée avec 200.000 places pédagogiques et 120.000 places d’hébergement. -iv- La formation professionnelle a réceptionné une centaine de nouveaux établissements. -v- La santé a bénéficié de nouvelles infrastructures dont 29 hôpitaux, 130 polycliniques et centres de santé, 4 centres anti-cancer et 12 complexes de soins pour la mère et l’enfant. -vi- 1,6 million de foyers ont été raccordés au gaz naturel et près de 2 millions de foyers ont été raccordés à l’énergie électrique. -vii- 08 barrages, 1300 forages, et 02 stations de dessalement d’eau de mer ont renforcé les capacités de mobilisation d’eau potable. Les réseaux d’assainissement ont été consolidés avec près de 600 opérations ainsi que la réalisation de 26 stations d’épuration. -viii- Le réseau routier s’est accru de plus de 3500 kilomètres. Le réseau ferroviaire enregistre la construction et la modernisation de plus de 1000 kilomètres. A cela, se sont ajoutées de nombreuses infrastructures portuaires, aéroportuaires et de transport urbain. -ix- L’ANDI a enregistré plus de 26.000 projets d’un montant supérieur à 8000 milliards DA. L’investissement agricole a totalisé 67.000 projets soutenus par les fonds publics avec un montant de 351 milliards DA. De tout ce qui précède, il se confirme que la mise en œuvre du programme de M. le Président Abdelaziz BOUTEFLIKA pour la période 2014 à 2018, à laquelle a pris part ce Gouvernement, aura été caractérisée par des avancées majeures dans tous les domaines. Monsieur le Président de l’Assemblée Populaire Nationale, Mesdames et Messieurs les députés, Mesdames et Messieurs, J’aborderai à présent, les acquis que notre pays a accumulés dans la continuité de la démarche menée depuis 1999 par le Président Abdelaziz BOUTEFLIKA. Ces vingt dernières années auront connu une véritable renaissance nationale. L’annexe III à la Déclaration de Politique Générale livre une somme impressionnante de données sur les réalisations de ces 20 dernières années, qui ont profondément transformé le pays. Cette même annexe indique aussi tout le volume du programme en cours, ce qui est d’ores est déjà annonciateur d’autres réalisations durant les années à venir. Les réalisations physiques des vingt dernières années sont le fruit d’une véritable entreprise de reconstruction nationale d’un pays mis à genou par une grave crise économique, mais aussi terriblement frappé par une Tragédie nationale sanglante. Trois exemples illustrent l’importance du chemin parcouru au cours des deux dernières décennies. Le premier exemple est le rétablissement de la paix. L’Algérie n’est pas le seul pays ayant affronté une tragédie nationale, mais c’est le seul pays qui a réussi à restaurer totalement la paix et la sécurité et à réaliser la réconciliation nationale, au point de devenir une référence mondiale en la matière. Le second exemple est celui de la restauration de l’indépendance financière du pays. En 1999, l’Algérie croulait sous un endettement extérieur de plus de 30 milliards de dollars. C’est la continuité qui a permis de rembourser par anticipation plus de 25 milliards de dollars de cette dette, de mettre un terme au recours à l’endettement extérieur, de mener une gestion prudente des réserves de change et de constituer une importante épargne du Trésor. Ce sont ces différentes mesures qui ont permis à notre pays de faire face au récent choc pétrolier. En effet, la chute du prix du baril en 1986 avait coûté à notre pays l’arrêt du processus de développement, puis un endettement extérieur étouffant et, enfin, un ajustement structurel douloureux. Plus près de nous, la chute des prix du baril à partir de 2014, a acculé des pays pétroliers à la récession et poussé d’autres à contracter des programmes d’ajustement financier. En ce qui le concerne, notre pays a pu traverser cette tourmente avec ses propres ressources financières préservant son indépendance de décision économique. Ce faisant, le processus de développement n’a pas été bloqué même s’il a connu un ralentissement, avant d’être relancé grâce à des mesures financières internes prises souverainement. Enfin, le troisième exemple est celui de la maturation du développement économique lequel est souvent décrié partant de lectures immédiates. Cependant, son analyse plus attentive ne pourrait manquer de confirmer l’apparition graduelle de ses fruits. Dans le domaine agricole par exemple, l’important programme de soutien public à l’investissement, aux productions stratégiques ainsi qu’à l’irrigation, donne déjà des résultats probants. Le pays réduit de plus en plus sa dépendance en matière de viande et de lait et relèvera ce défi dans quelques années. Pour le reste de la production agricole, l’Algérie dépasse de plus en plus le seuil de l’autosuffisance et dégage des capacités supplémentaires destinées à une exportation croissante. Dans le domaine de l’entreprise, les importants avantages incitatifs concédés au niveau fiscal et parafiscal ainsi que les crédits bonifiés, sont à l’origine des dizaines de milliers d’investissements notamment nationaux de tailles diverses. Les partenaires étrangers font aussi de plus en plus confiance à la stabilité politique mais aussi juridique de notre pays et les grands projets mixtes se multiplient. La continuité et la persévérance dans la démarche confirment aujourd’hui leur pertinence à travers les résultats atteints sous la conduite du Président Abdelaziz BOUTEFLIKA. Dans le domaine du développement humain, le taux de scolarisation est désormais proche de 100%, tout comme celui du raccordement des foyers à l’eau potable, aux réseaux d’assainissement et d’électricité. Aujourd’hui, les organisations internationales placent notre pays en tête des Etats membres de la région maghrébine en terme d’indice de développement humain. Tous ces progrès sont des sources d’inspiration et d’encouragement face aux défis qui restent encore à relever, et dont je voudrais à présent vous entretenir au titre du quatrième et dernier axe de cette intervention.
Monsieur le Président de l’Assemblée Populaire Nationale, 
Mesdames et Messieurs les députés,
Mesdames et Messieurs,
Nous sommes en droit d’appréhender l’avenir avec l’enthousiasme et l’optimisme qu’autorisent les grandes capacités de notre pays et le génie créateur de son peuple. Dans le même temps, nous sommes en devoir d’aller de l’avant en tout conscience des défis de demain. Au plan interne, ces défis ont notamment pour noms, l’importante progression que nous avons déjà réalisée dans le domaine du développement notamment humain, les ambitions légitimes nouvelles de nos jeunes générations, les exigences intégrales d’un Etat de droit et de démocratie pluraliste. Ces défis ont également pour nom la nécessité de développer davantage une économie diversifiée et compétitive, créatrice d’emplois suffisants pour nos jeunes et fournissant à l’Etat les ressources nécessaires pour la pérennité de notre politique nationale de justice sociale et de solidarité nationale. Au niveau extérieur, les défis ne sont pas de moindre importance. Nous en citerons ici l’instabilité, ainsi que les foyers de tension, de terrorisme et de crime transnational qui persistent dans notre voisinage immédiat. Nous en citerons également les incertitudes qui pèsent sur l’économie mondiale en général, ainsi que les facteurs de bouleversement qui s’accumulent sur le marché international des hydrocarbures. Face à ces défis et à ces enjeux, notre pays est interpellé pour redoubler d’efforts et pour approfondir ses réformes, ses mutations et ses progressions. De tels défis et de tels enjeux exigent aussi une conjonction féconde des énergies politiques, économiques et sociales du pays, dans le respect des diversités d’opinions. Une telle conjonction des énergies, des volontés et des efforts a permis à notre Peuple de se libérer du colonialisme, tout comme elle a permis, plus de proche de nous, à notre pays de réaliser la concorde civile et la réconciliation dans un consensus national salvateur. Demain aussi, l’Algérie pourra et devra tirer profit des vertus du consensus national au service de son développement, pour l’avenir de ses enfants et pour sa place dans le concert des nations. Une Conférence nationale de consensus est proposée à la volonté du peuple souverain. Cette Conférence est aussi une main tendue sincèrement par le Président Abdelaziz BOUTEFLIKA aux forces politiques, sociales et économiques du pays sans exclusion, afin de s’asseoir ensemble, de débattre librement, de dégager une plateforme politique, économique et sociale, et de proposer aussi une réforme constitutionnelle à la hauteur de leurs attentes.
M. le Président de l’Assemblée Populaire Nationale, 
Mesdames et Messieurs les députés, 
Mesdames et Messieurs,
C’est sur ces notes d’espoir et d’optimisme que je conclus mon intervention, en vous remerciant de votre patience et de votre attention.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *