Algérie-Gabon : Plusieurs accords de coopération signés

L’exposition des produits algériens à Libreville (Gabon), organisée depuis le 27 novembre, a pris fin dimanche avec la signature de plusieurs accords et mémorandums d’entente entre les opérateurs algériens et gabonais. Cette exposition algérienne, première du genre au Gabon, a réuni 70 opérateurs économiques sous la conduite du secrétaire général du ministère du Commerce, Chérif Omari. Evoquant les premiers résultats de cette manifestation économique, le directeur des échanges commerciaux au ministère du Commerce, Messaoud Beggah, a affirmé à l’APS que cette foire a enregistré un "succès" notamment en matière de partenariat et d’échanges de contacts entre les opérateurs économique des deux pays. Dans ce sens, il a relevé que les responsables gabonais ont accueilli avec satisfaction l’organisation de cette exposition tout en exprimant leur détermination à booster les échanges commerciaux entre l’Algérie et le Gabon. D'autre part, il a fait référence à l'accord signé entre les deux Chambres de commerce et d'industrie algérienne et gabonaise, ainsi qu'aux accords et mémorandums d’entente conclus entre plusieurs entreprises algériennes et gabonaises. Les entreprises algériennes signataires de ces accords sont essentiellement le groupe Condor, les groupes agroalimentaires Labidi et Agro consulting international (ACI), Tonic industrie, le laboratoire Venus et le groupe Géant Electronics. Le groupe Condor, qui propose des solutions en panneaux solaires fabriqués par sa filière Condor Photovoltaïque ainsi que des produits électroniques, a conclu un accord avec deux entreprises gabonaises qui sont Permalen, spécialisée dans la distribution et la vente des solutions solaires, et la société MSD informatique qui active dans la distribution et la vente des produits électroniques et multimédias. Pour sa part, Tonic Industrie, entreprise publique de l’industrie de papier et de l’emballage et des arts graphiques, a signé un protocole d’accord avec l'entreprise gabonaise "Green Net Service" pour la mise en place d’un réseau de distribution de ses produits au Gabon. Par ailleurs, les opérateurs algériens ayant participé à cette exposition ont affirmé à l’APS que cette foire avait constitué pour eux "un véritable espace de rencontres et d’échange" avec les opérateurs gabonais dans plusieurs domaines d’activités. Ils ont salué l’organisation de cette manifestation économique, tout en exprimant leur volonté de prendre part à d’autres expositions à l’étranger pour renforcer le partenariat économique. Selon eux, cette exposition, qui a vu la participation d'entreprises algériennes activant essentiellement dans le secteur agricole et agroalimentaire ainsi que dans les industries mécanique, électronique et électroménager, chimique et pétrochimique et dans la branche des travaux publics, a constitué une opportunité pour les entreprises algériennes, hors secteurs des hydrocarbures, d’explorer le marché gabonais à même de permettre de développer davantage les relations commerciales entre les entreprises des deux pays, de prospecter les opportunités d’affaires et de recherche des réseaux d’implantation durables. Elle intervient dans le cadre des recommandations du président de la République, Abdelaziz Bouteflika qui a appelé à s’orienter vers les marchés africains et à asseoir des ponts logistiques contribuant dans la dynamique du commerce et de la coopération économique algéro-africaine qui demeure en deçà des potentialités excitantes. Actuellement, les échanges commerciaux de l’Algérie avec l’Afrique demeurent faibles en ne dépassant pas les 3 milliards de dollars par an et s’effectuent quasiment avec seulement cinq (5) pays du continent. Ces 3 milliards de dollars d'échanges se répartissent entre 1,6 milliard de dollars d'exportations algériennes et de 1,4 milliard de dollars d'importations auprès des pays africains. Les exportations algériennes hors-hydrocarbures vers l’Afrique s’élèvent à 206 millions de dollars seulement, soit 13% du montant global des exportations vers le continent dans lequel l'Algérie ne possède que trois comptoirs commerciaux (Côte d’Ivoire, Sénégal et Cameroun). Dans le cadre du déploiement d'une nouvelle dynamique à travers diverses manifestations économiques algériennes à l'étranger, celle de Libreville a été précédée, cette année, par celles organisées à Washington, Bruxelles, Nouakchott et Doha et est suivie par une autre à Dakar (Sénégal) qui a débuté jeudi passé. Pour rappel, un comité interministériel de programmation des manifestations économiques algériennes sur les plans africain et international avait été installé en octobre dernier pour le suivi des expositions algériennes et le soutien des opérateurs économiques pour promouvoir leurs produits à l'étranger.APS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *