Algérie-Gabon: accord entre les deux Chambres de commerce

Un accord de partenariat a été signé à Libreville (Gabon) entre les Chambres de commerce et d’industrie algérienne et gabonaise, visant le renforcement de la coopération économique entre les deux pays. La cérémonie de signature s’est tenue en marge de l’exposition spécifique des produits algériens qui se tient du 27 novembre au 2 décembre dans la capitale gabonaise. L'accord a été signé en présence notamment du secrétaire général du ministère algérien du Commerce, Chérif Omari, qui conduit la délégation algérienne à cette exposition, et du président de la Chambre de commerce gabonaise, Jean-Baptiste Bikalou. A cette occasion, M. Bikalou a réitéré son souhait d’approfondir davantage les relations économiques entre les deux pays dans les différents secteurs. Il a également fait part de son souhait de renforcer avec l’Algérie la formation des jeunes Gabonais dans différents domaines. Pour sa part, M. Omari a indiqué que la signature de cet accord renforcerait les liens d’affaires pour la diversification de l’économie des deux pays. "Nous avons eu des discussions avec un opérateur gabonais sur la possibilité d’organiser une foire d’une superficie de 3.000 m2 réservée aux entreprises algériennes pour qu’ils puissent exposer et commercialiser leurs produits tout au long de l’année", a-t-il avancé. De son côté, l’ambassadeur d’Algérie au Gabon, Mohamed Antar Daoud, a plaidé pour la création d’un conseil d’affaires afin de permettre de mieux connaître le produit algérien et de renforcer le partenariat économique entre l’Algérie et le Gabon. Par ailleurs, le secrétaire général du ministère du Commerce, Chérif Omari, a déclaré à l'APS qu'un groupe de travail algéro-gabonais sera mis en place pour aplanir les difficultés d’investissements au Gabon et liées notamment aux taxes et droits de douane. ''On s’est entendu avec les représentants du gouvernement gabonais pour mettre en place un groupe de travail notamment à travers les ministères respectivement des Affaires étrangères et du Commerce des deux pays, en vue d’aplanir les barrières d’investissements", a-t-il souligné en marge de sa visite à la zone économique spéciale de Nkok (Gabon). Selon lui, un accord bilatéral commercial entre l’Algérie et le Gabon pourrait réduire les difficultés rencontrées par les opérateurs algériens désireux investir au Gabon. M. Omari indique que les responsables gabonais sont conscients de l’importance de renforcer la coopération avec l’Algérie dans plusieurs secteurs d’activités tels le bois, dont le Gabon est gros producteur, et l'agroalimentaire. ''Nous sommes dans la même dynamique avec le Gabon pour faire réussir le rapprochement entre les hommes d’affaires des deux pays", a-t-il avancé. Dans ce contexte, il a réitéré que l'Algérie est "ambitieuse pour l’année 2019 qui sera dédiée à l’exportation avec la mise en place du Comité national intersectoriel de gestion des foires ainsi qu’avec la feuille de route de deux ans tracée par le ministre du Commerce, Said Djellab, visant la promotion de manifestations économiques algériennes à l’étranger". Pour sa part, l’administrateur général de cette zone économique spéciale, Gabriel Ntougou, a soutenu que toutes les difficultés seront étudiées pour faciliter l’accès aux opérateurs algériens au marché gabonais qu’il a qualifié de "prometteur". "Nous désirons coopérer avec l’Algérie dans plusieurs secteurs notamment le bois et l’agroalimentaire. Nous sommes pour une coopération durable et solide", a-t-il fait valoir. La zone économique spéciale de Nkok a été créée en 2012 pour offrir un cadre favorable à l’industrialisation et à la diversification de l’économie nationale par l’investissement direct étranger. Pour rappel, cette manifestation économique algérienne à Libreville, qui se tient avec la participation de 70 entreprises algériennes, entre dans le cadre des recommandations du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, qui a appelé à s'orienter vers les marchés africains et à asseoir des ponts logistiques contribuant dans la dynamisation du commerce et de la coopération économique algéro-africaine qui demeure en-deçà des potentialités existantes. Actuellement, les échanges commerciaux de l’Algérie avec l’Afrique demeurent faibles en ne dépassant pas les 3 milliards de dollars par an et s’effectuent quasiment avec seulement cinq (5) pays du continent. Ces 3 milliards de dollars d'échanges se répartissent entre 1,6 milliard de dollars d'exportations algériennes et de 1,4 milliard de dollars d'importations auprès des pays africains. Les exportations algériennes hors-hydrocarbures vers l’Afrique s’élèvent à 206 millions de dollars seulement, soit 13% du montant global des exportations vers le continent dans lequel l'Algérie ne possède que trois comptoirs commerciaux (Côte d’Ivoire, Sénégal et Cameroun).  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *