Aigle Azur : vers un redressement judiciaire

La compagnie aérienne en difficulté Aigle Azur a convoqué lundi un comité d'entreprise extraordinaire en vue d'une procédure de redressement judiciaire, une semaine après un spectaculaire coup de force d'un actionnaire et sur fond de vive inquiétude sociale. Selon le document de convocation à la réunion au siège de l'entreprise à 9H30 près de l'aéroport d'Orly que l'AFP a pu consulter, l'ordre du jour prévoit une "information-consultation sur l'ouverture d'une procédure de redressement judiciaire". La crise actuelle au sein de l'entreprise de 1.150 salariés a éclaté au grand jour le 26 août, quand l'un des actionnaires, Gérard Houa, a évincé le patron Frantz Yvelin en disant sa volonté de mettre fin aux "errements stratégiques des deux dernières années". Deux jours plus tard, nouveau coup de théâtre: une administratrice provisoire, Hélène Bourbouloux, a été désignée à la tête de l'entreprise et installée en présence des forces de l'ordre, tandis que M. Yvelin était rétabli dans ses fonctions. Dans un entretien au Journal du Dimanche, M. Houa, qui contrôle 20% d'Aigle Azur via sa société Lu Azur, est revenu à la charge et a assuré qu'il était soutenu dans sa démarche par les deux autres actionnaires, le groupe chinois HNA et l'homme d'affaires américain David Neeleman. Réitérant sa proposition d'investir 15 millions d'euros pour renflouer l'entreprise, il l'a assortie de la condition de mettre en place "un nouveau management". Pourtant, dans un courrier électronique que l'AFP avait pu consulter le 26, M. Neeleman s'était désolidarisé de l'initiative et avait affirmé que HNA "n'avait pas connaissance au préalable de l'action de Gérard (Houa, NDLR) et désapprouve ce qu'il a tenté de faire". "L'ensemble des actionnaires a toujours dit, depuis des mois, qu'ils soutiendront celui ou celle qui pourra apporter de l'argent. J'ai moi-même toujours affirmé que je signerais ma démission sans la moindre condition si je suis un problème", a répondu Frantz Yvelin, interrogé dimanche par l'AFP. "Les syndicats réclamaient également ce changement, car ils redoutaient que l'ancien président ne place l'entreprise en redressement judiciaire. Le CE et les salariés me soutiennent à 100?%", selon M. Houa. "Si j'injecte ces 15 ?millions sous forme d'augmentation de capital, j'achèterai dans la foulée les actions de David Neeleman, et les actions de HNA ne représenteront plus qu'une petite part de l'ensemble", a-t-il indiqué au JDD. Pour lui, depuis deux ans que M. Yvelin est à sa tête, "l'entreprise a enchaîné les mauvaises décisions" avec notamment le lancement de lignes européennes qui "représentent à elles seules une perte de 27? millions d'euros". "Aucune décision stratégique, ouverture de ligne ou achat d'avion, ne peut se faire chez Aigle Azur sans l'aval du comité exécutif, dont M. Houa est membre. Il a été, en tant qu'actionnaire, au c?ur de la stratégie de la compagnie", s'est défendu pour sa part M. Yvelin, invitant M. Houa à "montrer l'argent et son plan". L'inquiétude des salariés est vive. Dans deux communiqués distincts, le SNPNC-FO et l'Unsa ont les ont appelés à se réunir à 9H00 lundi devant le siège de la compagnie. Selon FO, "1.150 emplois" seraient "menacés" en cas d'ouverture d'une telle procédure. Cela "impliquera nécessairement une restructuration drastique", s'inquiète de son côté l'Unsa. Le redressement judiciaire, qui doit être accepté par la justice, gèle le passif existant à l'ouverture de la procédure, pendant une période d'observation qui peut durer jusqu'à 18 mois. Elle doit permettre à l'entreprise de présenter un plan de continuation de ses activités avec un réaménagement de son endettement. Aigle Azur, fondée en 1946 et dont les liaisons avec l'Algérie représentent 50% à 60% de l'activité, emploie 350 de ses salariés en Algérie. Elle dispose d'une flotte de 11 avions et a transporté 1,88 million de passagers en 2018. Elle a réalisé un chiffre d'affaires de 300 millions d'euros en 2018 mais "perd de l'argent depuis 2012", selon M. Yvelin, qui avait annoncé à l'AFP à la mi-août vouloir céder ses dessertes au Portugal pour assurer la survie de l'entreprise à moyen terme. AFP  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *