Affaire des incidents de Meftah: 13 individus placés en détention provisoire

Le juge d'instruction près le Tribunal de Larbaa (Blida) a ordonné, hier dimanche, dans le cadre de l'affaire des incidents survenus à la cité 3555 logements à Meftah (Blida), le placement de 13 individus en détention provisoire et 9 autres sous contrôle judiciaire, indique lundi un communiqué de la cellule de communication de la Cour de Blida.
Conformément aux dispositions de l’article 11 du Code de procédure pénale, le Parquet près la Cour de Blida porte à la connaissance de l'opinion publique que suite à la présentation des individus impliqués dans les incidents, survenus les 8 et 9 avril en cours à la cité 3555 logements de Hamed (Meftah) devant les juges d'instruction et des mineurs, le juge d'instruction a ordonné le placement de 13 individus en détention provisoire, de 9 autres sous contrôle judiciaire er la libération des trois restant", précise le communiqué. "Le juge des mineurs a ordonné le placement de l'un des mis en cause en détention provisoire et la remise du 2e temporairement à son tuteur légal", ajoute la même source.
Le procureur de la République près du tribunal de Larbaa, Abdelkader Touhami avait indiqué dimanche lors d’un point de presse que les mis en cause ont été poursuivis pour "constitution d’associations de malfaiteurs pour commettre des délits et des crimes, violence et blessure volontaires ayant entraîné une amputation, violence et coups volontaires avec des armes, participation à des affrontements, ports d’armes utilisées dans un rassemblement dispersé par la force publique, menace de mort, dissimulation de personnes ayant commis des délits, dont le port d’armes de catégories 6 sans raisons valables, outre le non respect du décret portant confinement sanitaire".
Les services de sécurité sont intervenus samedi dernier pour mettre un terme à un climat de terreur imposé aux habitants d’une cité d’habitation dans la commune de Meftah (wilaya de Blida) par deux groupes d’individus ayant des antécédents judiciaires, où l'un des deux groupes a agressé un citoyen ayant refusé de transporter l’un des membres de l'autre groupe dans sa voiture, ce qui lui a valu d’être agressé et a subi plusieurs blessures, dont l’amputation d’un doigt. Par la suite, un des frères de la victime, avec un autre groupe de repris de justice, a voulu venger son frère, ce qui a engendré une bataille rangée entre les deux groupes ayant entraîné des blessures à plusieurs d’entre eux, conclut la source. APS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *