Affaire de corruption à la Sonelgaz de Tipasa: report du procès au 15 mars

Le tribunal correctionnel de Tipasa a décidé, dimanche, le report pour la 2ème fois du procès de l’affaire de corruption ayant porté préjudice à la direction de distribution de gaz et de l’électricité de la wilaya, pour le 15 mars prochain. Le report est du à l’absence de la juge en charge du dossier, au moment où l’instance du tribunal a, également, refusé la demande de libération de l’accusé Louzi Hamid, ex-directeur de distribution à Tipasa, actuellement en détention provisoire. Le tribunal correctionnel de Tipasa avait décidé le report de la première audience dans cette affaire, initialement prévue pour le 16 février dernier, en la programmant pour ce 8 mars "au regard de l’importance de l’affaire" et pour "permettre à la défense des accusés de préparer son plaidoyer dans des délais suffisants". Selon l’arrêt de renvoi, les accusés dans cette affaire sont poursuivis pour "abus de fonction en violation des lois et des réglementations en vue d’obtenir d’indus avantages et détournement de deniers publics". Les parties à l’instance sont au nombre de 26, dont 12 accusés, 14 témoins et deux en tant que partie civile. La brigade économique de la Sûreté de la wilaya de Tipasa avait présenté, le 2 décembre dernier, les personnes concernées devant le parquet du tribunal de Tipasa, pour implication dans une affaire de corruption ayant causé "des dégâts matériels" à la Direction de distribution d’électricité et de gaz de la wilaya qui s’est constituée partie civile dans cette affaire. La paquet avait retenu contre les mis en cause les chefs d’accusation d'"abus de fonction", "dilapidation de deniers publics", "perception d’indus avantages" et "passation de marchés douteux", ajoute la même source. Le juge d’instruction près le tribunal de Tipasa a ordonné, le 2 décembre dernier, le placement de sept (7) responsables de la Société nationale de l’électricité et du gaz (Sonelgaz) en détention provisoire et de cinq (5) autres sous contrôle judiciaire. Il s’agit du placement, en détention provisoire, de l’ancien directeur de distribution à Tipasa et de l’ancien chef de l’unité d’exploitation d’électricité et de gaz de Tipasa, qui était directeur de distribution à Tamanrasset, au moment de son arrestation. . La décision de placement en détention provisoire a concerné, également, six responsables locaux, à savoir trois chefs de services techniques d’électricité de Koléa, Hadjout et Tipasa, un responsable de la Direction de distribution d’électricité et de Gaz (SDC) de la circonscription de Koléa, le chef de service des finances et moyens par intérim et (1) un fonctionnaire au niveau du même service. Le placement sous contrôle judiciaire a visé des fonctionnaires d’autres services de la SDC de Tipasa, exerçant notamment, dans le service des Finances. Le Parquet avait ouvert une instruction judiciaire sur une affaire de corruption au niveau de la SDC, avant de charger la Brigade économique de la Sûreté de wilaya de l’affaire, laquelle a auditionné 47 individus. APS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *