Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Accusée de négligence : la DG du FMI fait face à ses juges

La Directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Mme Christine Lagarde, est jugée depuis lundi 14h00 par la Cour de justice de la République en France pour des faits qui lui sont reprochés lorsque celle-ci occupait le poste de ministre de l’Economie. Accusée de négligence, Mme Lagarde sera ainsi interrogée sur son rôle dans l'arbitrage Tapie-Crédit Lyonnais, à l’origine « d’un colossal détournement d’argent public », selon AFP. Elle risque jusqu'à un an d'emprisonnement et 15 000 euros d'amende. Ministre de l'Economie et des Finances entre 2007 et 2011 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, elle est jugée au titre de l'article 432-16 du Code pénal qui vise toute personne dépositaire de l'autorité publique qui aurait, par sa "négligence", permis un détournement de fonds publics. Selon l’accusation, Mme Lagarde a fait preuve "d'une incurie et d'une précipitation critiquables" dans l'affaire d'arbitrage intervenu dans le très vieux conflit entre l’ex-ministre et homme d’affaires Bernard Tapie et l'ancienne banque publique Crédit Lyonnais sur la revente en 1994 de l'équipementier sportif Adidas, et d'avoir ainsi "privé l'État d'une chance d'éviter que ses fonds soient détournés". Selon les enquêteurs, elle a autorisé, à l'automne 2007, avec "légèreté" selon les enquêteurs, le choix d'une procédure privée d'arbitrage dans l'affaire Tapie/Crédit Lyonnais. Puis en juillet 2008 elle a renoncé, un peu vite selon les magistrats instructeurs, à engager un recours contre la sentence arbitrale qui attribue à l'ancien patron de l’OM plus de 400 millions d'euros (avec les intérêts), pris sur les deniers publics. L'arbitrage a été annulé en 2015 au civil. Au pénal, les enquêteurs soupçonnent un "simulacre" organisé au bénéfice de l'homme d'affaires, dont l'avocat avait des liens avec l'un des arbitres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *