Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Abdou Semmar interpelle Gaïd Salah

Émouvante lettre que celle que vient d’adresser notre collègue, Abdou Semmar à Ahmed Gaïd Salah. Lettre d'un père exilé et inquiet pour sa famille interpellant le "père" Ahmed Gaïd Salah, au lendemain de l’agression de son épouse et leurs enfants. Capalgerie.dz, s’est permit de la publier en marque de solidarité.  
  
Cher Général, lors de votre dernière lettre, vous avez promis aux Algériens la paix, la sécurité et votre soutien à ce mouvement populaire si spontané et généreux en faveur de la libération de notre pays du joug de la dictature et de la corruption. 
Oui, vous avez fait des promesses. Et de nombreuses promesses. Aujourd’hui, moi simple citoyen algérien, un journaliste ordinaire exilé à l’étranger parce que des forces mafieuses qui ont noyauté votre entourage ont voulu m’emprisonner dans mon pays, je vous interpelle ouvertement dans cette lettre. Aujourd’hui, il es temps de concrétiser vos promesses.            Mon Général, comme des millions d’Algériens qui sortent chaque jour dans les rues de notre pays, je rêve d’une Algérie prospère, libre, digne et libérée des cercles mafieux et malhonnêtes qui instrumentalisent la fonction politique pour s’enrichir. Vous êtes au pouvoir depuis de  nombreuses années, vous connaissez mieux que quiconque ces réalités amères. Vous ne pouvez pas ignorer ces vérités : la mafia politico-financière s’est infiltrée partout dans les institutions les plus sensibles de notre État. Les marchés publics ont été détournés, des factures ont été gonflées pour permettre les transferts illicites de devises vers l’étranger. De simples petits marchands incultes et médiocres sont devenus en un temps record des milliardaires en devises.
Depuis 2013, en tant que journaliste indépendant, comme plusieurs autres de mes collègues de la presse nationale, j’ai révélé plusieurs de ces dossiers de corruption preuves à l’appui. Oui, je dis bien avec des preuves à l’appui. Vos conseillers peuvent vous montrer toutes les vidéos de nos émissions et vous imprimer toutes les enquêtes rédigées par nos soins. Vous ne pouvez pas ignorer que de nombreux journalistes, lanceurs d’alerte et simples blogueurs ou citoyens ont été martyrisés parce qu’ils ont osé dire non à la corruption dans leur pays.
Ces gens ne sont pas des généraux. Ils n’ont pas de chars ni de soldats derrière eux pour les protéger. Vous, en revanche, mon Général vous disposez de tous ces moyens de protection. Vous, votre famille est à l’abri, bien surveillée et sous protection permanente. Moi, à l’instar des millions d’autres algériens, ma famille est menacée et exposée à toutes les représailles, lorsque j’essaie de faire mon travail de journalistes soucieux de l’intérêt général.
Mon Général, je ne vous connais pas, je ne vous ai jamais rencontré personnellement. Comme beaucoup de journalistes, j’ai entendu beaucoup d’informations sur votre personnalité. Beaucoup m’ont assuré que vous êtes un homme patriote. D’autre m’ont juré que vous êtes un homme de valeur qui ne tolère pas la hogra ni le diktat des puissants sur les plus faibles. Je peux ne pas être d’accord avec vous. Je peux, et c’est mon droit, réclamer votre départ du pouvoir. Je peux vous critiquer. Mais jamais je ne remettrai en cause votre patriotisme et votre moralité. Tout peut nous séparer, mais une seule chose nous rassemblera toujours : notre pays amour inconditionnel pour le pays et notre devoir de le servir sans aucune contrepartie.
Au final, je n’interpelle pas le général-major ou le Général de Corps d’Armée ni l’Officier Supérieur de l’ANP. J’interpelle l’homme que vous êtes, le grand-père que vous êtes, l’Algérien que vous êtes, et je vous appelle à défendre nos enfants, leurs mères qui n’ont aucune relation avec nos différends politiques. Nos enfants et leurs mères, l’avenir de notre pays, celui-là même qui vous a fait le premier commandant de l’Armée algérienne. Ne défendez pas ma personne, ni ces hommes qui peuvent se battre et mourir légitiment pour leur cause. Défendez uniquement des enfants et des mamans innocents, faibles et impuissants face à ces ogres qui veulent conserver leur influence malsaine sur le pouvoir politique de notre pays.
Soyez Homme. Soyez un vrai Chaoui. Respectez réellement votre parole. Montrez-nous que vous êtes ce père qui veut réellement protéger les enfants de ce pays, ce général patriote qui veut uniquement veiller sur la sécurité de notre pays. Ne cédez pas à la tentation du pouvoir autocrate. Ne laissez pas votre entourage vous transformer en un énième dictateur. Si vous voulez entrer dans l’histoire par la Grande Porte, faites respecter la justice, oui la justice, mais pour tous les Algériens.  

2 pensées sur “Abdou Semmar interpelle Gaïd Salah

  • 12 avril 2019 à 10 h 11 min
    Permalink

    bonjour ABDOU. Quand j ai vu ce qu il ont fait à votre famille j ai pleuré avec vous.Ces personnes qui sont des moins que rien sont des lâches qui veulent vous intimider et vous dissuader pour ce vous faites pour notre pays et notre nation qu’on aime. Soyez fièr de ce que vous faites pour notre cher pays et je suis sûr que rien ne peut changer ou toucher votre intégrité. Pour moi et pour la majorité des algériens vous êtes un moudjahid, comme les vrais moudjahidines ,mais vous le faites a votre façon, une façon qui fait du mal plus qu’une arme pour les traitres.L’histoire écrira votre nom et témoignera. Continuez et ne reculez pas, nous sommes tous ABDOU SEMAR. Rabi m3ak

    Répondre
  • 11 avril 2019 à 18 h 37 min
    Permalink

    Bonjour Abdou, j’ai écouté ta vidéo du 11 avril, maintenant, ils s’en prennent à tes enfants et à ta famille, ce sont des lâches comme tu dis, je t’apporte tout mon soutien en tant qu’Algerien de France, tous les dossiers dont tu disposes, tu as le devoir de les faire connaître au peuple Algérien ainsi qu’à la justice Algérienne s’il y en a une. Je partagerai toutes ces informations via Twitter et Facebook. Ne baissons pas les bras. Aziz.

    Répondre

Répondre à Aziz Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *