Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

5e appel d’offres : Six à neufs blocs hydrocarbures identifiés

par rédaction   L’ex-ministre de l’Énergie et des Mines M. Youcef Yousfi annonçait à la fin de l’année 2014, que l’Algérie serait susceptible de lancer le 5e appel d’offres international pour l’attribution de blocs d’explorations hydrocarbures au courant de l’année 2015. Une annonce qui avait alors été perçue comme étant motivée par la volonté de compenser l’échec relatif du 4e appel d’offres. Cependant, l’aggravation de la crise pétrolière a induit le report de l’opération. Or, l’Agence nationale de valorisation des hydrocarbures (Alnaft) a mis en œuvre un processus d’identification des blocs susceptibles d’être proposés au partenariat. Le Président d’Alnaft, M. Sid-Ali Betata, nous a confié que son agence a identifié 6 à 9 blocs qui pourraient être proposés dans le cadre d’un appel d’offres. Des blocs orientés vers le développement, et qui pourraient permettre une production rapide dès exploitation. Même s’ il ne donne pas d’échéancier au lancement de l’appel d’offres, dont la fixation demeure du ressort du ministre du secteur, il explique que ces blocs pourraient intéresser de nombreuses majors pétrolières, pour peu que les cours du brut remontent et repassent au-dessus de la barre des 50 dollars. Ces blocs bénéficient de nombreux atouts comme les coûts. Il avouera que le coût de la production d’un baril de pétrole en Algérie varie entre 2 et 18 dollars. Le Président d’Alnaft explique aussi que certains de ces blocs se situent à proximité de champs existants et exploités par certaines compagnies. Notons que le cabinet Wood Mackenzie a récemment mis en avant la propension des compagnies pétrolières à choisir des investissements dans des zones proches de champs existants. Enfin, il faut préciser que d’après les prévisions de BMI research, les investissements dans le secteur devraient augmenter de 2,5 % en 2017.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *