Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

12 chefs de partis et 50 prétendants libres retirent les formulaires de candidature

Douze (12) présidents de partis politiques et 50 prétendants libres ont procédé au retrait des formulaires de candidature à l'élection présidentielle, prévue le 18 avril prochain, indique le ministère de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du Territoire dans un communiqué. Selon ce bilan provisoire arreté mardi en fin de journée, 62 lettres d'intention de candidature ont été déposées au ministère, dont 12 émanent de présidents de partis politiques et 50 de prétendants indépendants, précise le ministère de l'Intérieur, ajoutant que "les concernés ont pu bénéficier des quotas de formulaires de souscription, en application des dispositions légales en vigueur". "Les opérations se poursuivent au fur et à mesure que les demandes sont formulées et se déroulent dans de bonnes conditions", note la même source. Les présidents de partis politiques qui ont postulé à la candidature à l'élection de la présidence de la République sont Belaid Abdelaziz du Front El-Moustakbel, Adoul Mahfoudh du Parti de la victoire nationale (PVN), Ali Benflis du parti Talaie El Hourriyet, Ahmed Gouraya du Front des jeunes démocrates pour la citoyenneté (FJDC), Ali Zeghdoud du Rassemblement algérien (RA), Guerras Fethi du Mouvement démocratique et social (MDS), Ali Faouzi Rebaine du parti Ahd 54, Omar Bouacha du Mouvement El Infitah, Mohamed Hadef du Mouvement national de l'espérance (MNE), Abdelkader Bengrina du Mouvement El Binaa, Salim Khalfa du Parti de la jeunesse démocratique (PJD) et Aissa Belhadi du Front de la bonne gouvernance (FBG). Parmi les candidats indépendants, la liste jointe à ce bilan provisoire cite, entre autres, Ali Ghediri, général-major à la retraite, Rachid Nekkaz, qui avait déjà postulé à la candidature lors de l'élection présidentielle de 2014, et l'ancien député Tahar Missoum.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *